La Cathédrale en reconquête d'authenticité

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Le marché de Noël de la place de la Cathédrale manquerait-il d'authenticité ? « On s'aperçoit depuis des années qu'il n'y a aucune évolution au niveau des occupants des chalets et de la qualité des objets, explique Francis Wagner, président de l'Acosca, l'association des commerçants du quartier. De même, il y a de moins en moins de produits régionaux, au grand regret des touristes qui nous demandent pourquoi l'on ne trouve pas de foie gras ou de kougelhopf frais. » Créé en 1991 en complément du Christkindelsmärik de la place Broglie, ce marché devrait, selon lui, se positionner comme un « marché de Noël et de l'artisanat ». Un moyen efficace de « se pérenniser, de se différencier et de lutter contre la concurrence de marchés comme celui de Colmar ». Fort de ce constat, il appelle à la rédaction « d'une charte de qualité en concertation avec la ville, les représentants des chalets et [son] association sur le modèle de celle qui (...) sera imposée en 2007 pour les terrasses ».

Une demande accueillie avec surprise par les vendeurs du marché de la Cathédrale. « Contrairement à la place Broglie, nous sommes bien lotis, explique Anne-Marie Ohl. Nous avons moins de stands de nourriture et de produits made in China. » Soucieuse de la qualité des objets de décoration qu'elle présente sur son stand, elle s'approvisionne surtout auprès de fournisseurs suisses ou allemands, « même s'ils sont 50 % plus chers ». Fabricants de jouets en bois, Martine et Michel Lavoine se sentent eux lésés « qu'on englobe tout le monde de la sorte. Il y a beaucoup d'artisans sur la place de la Cathédrale et on doit en être content. »

Philippe Wendling

Même si « trop de marchés de Noël tuent le marché de Noël », Francis Wagner appelle à la création, place du Vieil-Hôpital, d'un espace dédié aux enfants composé notamment de stands de jouets en bois.