La réforme à petits pas

Alexia Ighirri

— 

La ville de Strasbourg appliquera la réforme à la rentrée 2014. (Illustration)
La ville de Strasbourg appliquera la réforme à la rentrée 2014. (Illustration) — G. Varela / 20 Minutes

La municipalité strasbourgeoise a opté pour la semaine de 4, 5 jours en 2014. Histoire de « de se donner du temps pour mesurer peut-être les difficultés », indique-t-elle. Mais voilà, la rentrée 2013 passée et les délégués des parents d'élèves nommés, la ville doit maintenant préparer son application. C'est le sens de l'interpellation au conseil municipal de ce lundi après-midi de l'opposante et ancienne maire UMP Fabienne Keller : elle incite le maire « à mettre fin à l'absence d'information et de préparation » sur la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.

« On ne part pas de rien »


ça tombe bien : la concertation avec différents acteurs de la vie scolaire a repris jeudi soir, assure Nicole Dreyer, adjointe chargé de l'éducation, avec la mise en place d'un groupe de travail : « ça va être très dense jusqu'en décembre. Un certain nombre de dispositions doit être pris avant la fin de l'année 2013. Surtout le choix entre la classe le mercredi ou le samedi. » Selon elle, Strasbourg a « une chance» : « on ne part pas de rien. La ville a déjà énormément d'actions et de services. Mais on n'ira pas dans chaque famille régler le problème et c'est ça le souci. Le projet ne sera pas finalisé en 2014, il restera perfectible ».

■ Déja 35 villes

En Alsace, trente-cinq communes ont choisi de passer à la semaine de 4,5 jours dans le primaire dès la rentrée 2013, dont 12 dans le Bas-Rhin. Au total, la réforme concerne 5 611 élèves alsaciens.