Des soins sans frontières

Floréal Hernandez

— 

Le cabinet se compose d'un médecin, d'un psychologue et d'un assistant social.
Le cabinet se compose d'un médecin, d'un psychologue et d'un assistant social. — G. Varela / 20 Minutes

Au rez-de-chaussée de cette maison en briques jaunes, une odeur de peinture flotte dans l'air. Mardi, édiles de l'Eurodistrict, de Kehl et de la CUS étaient présents à l'inauguration du cabinet médical transfrontalier de traitement de l'addiction, au 5 Bankstrasse à Kehl. « C'est la première réalisation santé de l'Eurodistrict », se félicite Alexandre Feltz, conseiller municipal strasbourgeois.

Un concept français


Ce cabinet provient d'un travail commun entre notamment le Drobs – Centre de consultation pour jeunes et consommateurs de drogue – et l'association Ithaque (accueil, prévention et soins des addictions). La structure repose sur un concept français. « En Allemagne, jusqu'à présent, médecin, psychologue et assistant social travaillaient côte à côte ; là, le cabinet est pluridisciplinaire », explique Danièle Bader-Ledit, directrice d'Ithaque.

Ce cabinet bilingue va « permettre de rapprocher le soin des patients allemands », poursuit-elle. Jusqu'à présent, les Kehlois devaient se rendre à Offenbourg. Il y avait aussi un approvisionnement légal et illégal en France de produits de substitution. Avec ce cabinet, la ville de Strasbourg espère une diminution du trafic de métadonnées dans ses rues.

■ Nouveau projet

L'Eurodistrict travaille sur un autre projet de santé qui porte sur le cancer. Il met en relation le centre Paul-Strauss, les hôpitaux universitaires de Strasbourg et la clinique Durbach.