Une aventure dans la boîte aux lettres

Alexia Ighirri

— 

Le projet Rêve aux lettres prévoit d'envoyer quinze courriers dans l'année.
Le projet Rêve aux lettres prévoit d'envoyer quinze courriers dans l'année. — G. Varela / 20 Minutes

«Tout est parti d'un constat fait avec mes collègues à la machine à café : les enfants se désintéressent de la lecture. » Avec son projet Rêve aux lettres, le Strasbourgeois Rémy Perla a alors eu envie d'y remédier. « Quand la lecture devient un exercice, beaucoup d'enfants décrochent. Il n'y a plus de magie. Nous, on crée de l'envie », indique-t-il. Comment ? En leur envoyant des lettres. « Quand les petits ont un courrier dans la boîte aux lettres avec leur nom dessus, ils veulent savoir ce qu'il y a dedans, parce que ça les concerne, estime l'informaticien, passionné de lecture.

Recherche de fonds


L'équipe de Rêve aux lettres – comprenant un écrivain, un illustrateur et des enseignants – envoie aux bambins une quinzaine de courriers dans l'année.» On fait rentrer l'enfant dans un rôle. Il peut par exemple devenir roi et il va être amené à faire des choix. Il doit répondre, donc ça peut aussi être un exercice d'écriture «, explique Rémy Perla. Le texte se personnalise donc au gré des courriers.Et les lettres sont envoyées par les différents protagonistes de l'histoire.» Ils expliquent à l'enfant comment se passe la vie dans un royaume, poursuit Rémy Perla. Et dans l'enveloppe, il reçoit alors une couronne, une carte, des dessins.... «Les parents abonnent leurs enfants sur Internet. Il faut compter entre 48 € et 120 € l'année, selon les formules. Une phase de test sera lancée ces prochains mois. Mais avant, Rémy Perla est en quête de fonds. Il compte sur le financement des internautes* pour réunir les 15 000 € manquants à son budget et lancer, pour de bon, son projet.

*www.kisskissbankbank.com/fr/projects/reve-aux-lettres

■ Le café « parents-enfants » se concrétise

Au printemps, Eugénie Ruff se lançait sur la plateforme KissKissBankBank pour réunir les 10 000 € qu'il lui manquait pour ouvrir son projet de café « parents-enfants » à Strasbourg. Pari réussi pour la Strasbourgeoise, qui a finalement reçu plus d'argent que nécessaire : son établissement, baptisé Des roses et des choux, devrait ouvrir cet automne. Eugénie Ruff règle actuellement les derniers détails administratifs.