Une famille de demandeurs d'asile installée sous la tente

©2006 20 minutes

— 

« Les habitants sont merveilleux. Sans leur soutien, je ne sais pas comment nous ferions », expliquent Dimitri Kirillov et son épouse Margarita. Agés de 55 ans, ils vivent depuis une semaine sous une cabane faite de cartons et d'une bâche en plastique, sur la place Golbery, en compagnie de leur fils Alexandre, 20 ans. Arrivée de Lyon il y a quelques semaines, cette famille israélienne demande l'asile politique depuis 2003, dénonçant des persécutions dont elle aurait fait l'objet dans l'Etat hébreu.

Rejetée en 2004, leur demande est à présent examinée par la commission de recours des réfugiés. « Mais nous n'avons pas de nouvelles et les structures lyonnaises de prise en charge des demandeurs d'asile ne veulent plus nous assister », explique Dimitri. La famille réclame « une régularisation de [sa] situation, pour retrouver un toit. » La Cour européenne des droits de l'homme a également été saisie du dossier.

J. B.