Questions autour d'une « différenciation »

Thomas Calinon

— 

Pour l'ouest, les rails l'ont emporté.
Pour l'ouest, les rails l'ont emporté. — G. Varela/20 Minutes

«On ira probablement dans le sens d'une différenciation… » La phrase lâchée par Roland Ries lors de sa déclaration de candidature, samedi, a ravi les partisans d'un tram sur fer à Koenigshoffen. Après avoir privilégié l'option d'un tram sur pneus pour la future ligne entre Vendenheim et Wolfisheim, le maire penche en effet pour le rail sur la partie ouest de cette liaison, celle qui dessert le faubourg strasbourgeois.

Pneus pour le nord ?


Mais les propos de Roland Ries suscitent plus de questions qu'ils n'apportent de réponses. Où et comment, par exemple, seront connectées les deux branches de cette liaison ? C'est « un des enjeux essentiels », reconnaît Bruno Jansem, directeur des transports à la communauté urbaine, qui évoque la possibilité de passer par la gare ou par l'Homme de Fer. Pour le président de la CUS, Jacques Bigot, il faudrait peut-être « retravailler la liaison nord pour qu'elle pénètre davantage en ville ». Autre question : pourquoi maintenir le choix de la technologie sur pneus au nord ? « Le tram sur pneus ne serait pas valable pour l'ouest mais le serait pour les communes du nord ? », s'étonnent les élus écologistes. Sans exclure le tram sur fer, Jacques Bigot estime que « le pneu paraît plus adapté à l'insertion » sur les axes concernés, qui manquent parfois de largeur. Mais, pour Pierre Ozenne du Collectif pour le tram fer, « des solutions techniques existent, comme une voie unique bidirectionnelle » aux endroits problématiques.

■ Le tram-train out

Pour Jacques Bigot, il est désormais clair que le projet de tram-train passant sous la gare de Strasbourg « ne se fera jamais ». « Personne n'a les moyens de la financer », balaye-t-il.