Autour d'une table pour nouer des liens en Chine

©2006 20 minutes

— 

Des maires chinois réunis jusqu'à ce soir à Strasbourg pour une table ronde intitulée « Vers la ville du futur ». Un thème qui cache un enjeu majeur : « Faire connaître notre ville et les entreprises alsaciennes, comme Alstom Reichshoffen », soulignait hier Fabienne Keller, maire (UMP) de Strasbourg, en marge des débats.

A l'instar d'Alstom, Lohr Industrie (Duppigheim), ou encore De Dietrich (Mertzwiller) exportent aussi avec succès en Chine. Mais les grandes entreprises ne sont plus les seules à pénétrer le marché chinois : Léon Beyer, vigneron à Eguisheim, la Socomec fabricant à Benfeld d'interrupteurs, ou même Philéa Textiles à Soultz, y sont parvenus. Selon Frédéric Second, chargé de mission Chine à Alsace International, une structure financée par les conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ainsi que par la région, la clé de la réussite réside surtout dans le respect de la culture chinoise : « Le facteur temps y est très important. Avant de pouvoir espérer faire des affaires, il faut nouer des contacts dans la durée. »

L. M.