Vaches maigres pour le festival

— 

Organisé depuis 1999, le festival interculturel Strasbourg-Méditerranée aura bien lieu cette année, en décembre. « Mais dans des conditions un peu compliquées, précaires, déplore son directeur artistique, Salah Oudahar. Depuis trois éditions, on se bat beaucoup plus pour ne pas disparaître que pour se développer et cette année, on sera obligé d'en faire moins, tout en essayant de préserver l'identité et le rayonnement du projet. »

En cause, selon l'association Strasbourg-Méditerranée, « le désengagement de l'Etat, principal partenaire du festival depuis sa création. » « En 2011, il y a déjà eu une baisse de 50 %, ce qui représentait 75 000 euros en moins », partiellement compensés par la ville, précise Salah Oudahar. Cette année, la part de l'Etat serait descendue « autour de 60 000 € », ajoute-t-il. Il espère que la signature d'une convention avec la ville permettra de « mobiliser les partenaires pour sécuriser le festival », qui mobilise une quarantaine d'acteurs culturels et « touche près de 25 000 personnes ». T.C.