« Biscoto », c'est costaud

Alexia Ighirri

— 

Le journal compte surtout des illustrations tournant autour d'un seul thème.
Le journal compte surtout des illustrations tournant autour d'un seul thème. — J.-F. Badias/20 Minutes

Les plus jeunes vont pouvoir feuilleter leur journal comme les grands. Et ce grâce à Biscoto. Derrière ce nom plutôt rigolo, un fanzine d'illustrations, mensuel, créé par Julie Staebler, une Strasbourgeoise de 27 ans, et son associée Suzanne Arhex, de Bruxelles, toutes deux illustratrices. Le but : « Se muscler autrement que par le sport, sourit Julie Staebler. Et plutôt que de faire de l'illustration jeunesse, on s'est intéressé à la communication vers les enfants, puisqu'il n'existait aucun fanzine pour eux ».

« Humour grinçant »


A l'intérieur plus d'images que de textes, avec des bandes-dessinées, une rubrique « Culturisme », un poster ou encore des jeux. Chaque numéro est décliné autour d'un seul thème, dont le dernier – la famille – colle parfaitement à l'actualité. Les auteurs, bénévoles et choisis en France voire dans le monde parce que les créatrices de Biscoto admirent leur travail, sont libres d'interpréter à leur manière le thème.

Le tout sur un ton amusant, usant parfois du second degré. « On voulait un format libre, moins consensuel, avec un humour un peu grinçant… Parce qu'on considère que les enfants peuvent comprendre bien plus que ce qu'on croit », justifie Julie Staebler.

■ Où le trouver ?

A Strasbourg, le journal (3,50 €) est disponible à la librairie Quai des Brumes, La Bouquinette, Usage du monde et au musée d'art moderne et contemporain. Abonnements sur www.biscotojournal.com.