Conservation des cathédrales :une pierre de plus à l'édifice

©2006 20 minutes

— 

« Le principal péril pour les pierres d'une cathédrale, c'est l'alternance des périodes sèches et pluvieuses. Elles provoquent des dépôts de minéraux qui finissent par créer des microfissures à l'intérieur des pierres », explique Rémi Baudru, responsable de la Fondation de l'oeuvre Notre-Dame, chargée depuis 1246 de l'entretien de la cathédrale de Strasbourg. L'institution organise jusqu'à samedi un congrès réunissant cent vingt architectes d'Europe. Ouverte hier soir par Robert Grossmann, président (UMP) de la CUS et administrateur de la Fondation de l'oeuvre Notre-Dame, cette manifestation doit permettre à ses participants d'échanger leur expérience en matière de conservation des édifices religieux. L'aspect budgétaire sera aussi abordé car, aujourd'hui, les architectes des cathédrales doivent utiliser des matériaux qui se conservent une centaine d'années, sans être trop dispendieux.

Ludovic Meignin