Pour réduire les déchets à la source

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

L'Ademe, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, organise la Semaine de la réduction des déchets, jusqu'à dimanche prochain*. But de l'opération : inciter le grand public et les entreprises à réfléchir en amont aux détritus, et non plus se contenter de gérer le problème en aval. « L'objectif, c'est de produire moins de déchets au quotidien », résume l'Ademe Alsace. Car le tri sélectif c'est bien, mais il y a mieux. Penser à la préservation de l'environnement commence dans les hypermarchés, en privilégiant, par exemple, des produits qui ne sont pas suremballés.

Quid du producteur ? « Il faut mettre en oeuvre l'éco-conception », martèle l'Ademe. Il s'agit de développer un produit en mesurant son impact sur l'environnement. C'est le cas dans la PME alsacienne Les sources de Soultzmatt. L'entreprise produit 24 millions de bouteilles d'eau de source par an, dont la moitié en plastique. « Depuis 1998, raconte Jacques Sérillon, le directeur général délégué, on réduit l'épaisseur des bouteilles. » Idem pour les étiquettes, en plastique depuis février 2006, soit deux fois moins lourdes que celles en papier. Résultat : moins de volume dans les poubelles, un temps de recyclage plus court et donc, moins d'énergie dégagée. Steelcase, fabricant de mobilier de bureau basé à Schiltigheim mène la même réflexion : « On pense à la vie complète du produit », explique Raphaëlle Vogel. Depuis le choix du matériau de fabrication – du plastique recyclé – jusqu'à la réutilisation du produit. Autre aspect : le transport, avec l'optimisation des volumes dans les camions.

Michel Zuber

*Programme : www.ademe.fr/alsace

Un Alsacien produit 590 kg de déchets par an, soit 40 de plus que la moyenne française. Dans la région, 13 % des déchets vont en décharge (contre 50 % en France) et 38 % sont recyclés (20 % en France).