L'Esca rénovée de la tête aux pieds

Thomas Calinon

— 

G. VARELA /20 MINUTES

«C'est un vrai bonheur ! » Gabrielle Margulies habite l'immeuble de l'Esca depuis 1975, mais elle continue de s'émerveiller à chaque fois qu'elle accède aux combles, au 7e niveau, et découvre le panorama sur la ville. Perché sur un échafaudage, occupé à repeindre en « gris fariné » une lucarne du 6e étage, Daniel Schallhauser est un peu plus blasé : « Cela fait 24 ans que je suis sur les toits, alors le paysage, je connais un peu… ». Construit au milieu des années 1930 par la compagnie d'assurance-vie et de capitalisation Esca, rebaptisée aujourd'hui Afi Esca, l'imposant immeuble qui domine le confluent de l'Ill et du Fossé des Faux Remparts en termine avec une importante phase de réhabilitation.

Fini les « petits raccommodages »


« Jusque-là, il n'y avait eu que des petits raccommodages », se souvient Gabrielle Margulies. Cette fois, les 92 copropriétaires ont décidé de voir les choses en grand. « La toiture intérieure a été faite en 2009 pour un montant de l'ordre de 500 000 € », rappelle Christiophe Wicker, gérant de la société Tradigestion Immobilier et syndic de l'Esca. Puis, à partir du printemps 2012, la toiture extérieure et la façade ont été recouvertes d'échelles et d'échafaudages. La dépense dépasse cette fois les 700 000 €. « Sur la façade extérieure, on a posé à peu près 55 000 ardoises », compte Xavier Steiner, chef de chantier de l'entreprise Beck Couverture, qui termine sa carrière « la larme à l'œil » sur ce projet de prestige : « Elles viennent d'Espagne et sont spécialement faites pour les bâtiments historiques. » Le noir de la pollution et le vert de la mousse qui grignotaient la façade en grès des Vosges ont été attaqués à coups de jet haute pression. « On restaure aussi les joints balustres et on en remplace 70, en les refaisant à l'identique », précise Yves de Moor, tailleur de pierres à l'Atelier Thomas Vetter. Les travaux doivent s'achever fin mai.

■ Un Carrefour City au rez-de-chaussée

Carrefour City, l'enseigne de magasins alimentaires de proximité du groupe Carrefour, ve prendre pied à l'Esca. La supérette sera prochainement installée dans une cellule commerciale du rez-de-chaussée du bâtiment, précédemment occupée par le magasin Belles Choses. Le projet a été approuvé la semaine dernière par les copropriétaires.