L'immigration dynamique en Alsace

©2006 20 minutes

— 

Avec un taux de 10 % d'immigrés, l'Alsace se situe au deuxième rang des régions françaises, derrière l'Ile-de-France. Après la publication par l'Insee des chiffres nationaux, il y a un mois, l'antenne strasbourgeoise de l'institut de statistiques a dévoilé hier les résultats de l'étude menée au niveau régional.

Selon les recensements de 2004 et 2005, l'Insee dénombre 179 000 immigrés en Alsace, soit 31 000 de plus que lors de l'étude de 1999. « Avec 20 % d'augmentation, la progression est relativement forte », commente Robert Morel-Chevillet, statisticien à l'Insee. Au niveau national, la hausse atteint 15 %.

Entamée au début des années 1970, l'immigration turque a progressé de 30 % par rapport à 1999, représentant 28 500 personnes. Avec 23 500 immigrés, l'Allemagne continue de fournir une importante immigration de « proximité », malgré un ralentissement de sa hausse (+ 12 %), tandis que le nombre de personnes originaires de Suisse, attirées notamment par les prix des terrains, a augmenté de 30 %.

Principal effet de la hausse de l'immigration en Alsace : « Elle a permis de compenser un solde des migrations intérieures, entre l'Alsace et le reste du territoire national, devenu défavorable en raison de la perte d'attractivité économique de notre zone », explique Vincent le Calonnec, directeur régional de l'Insee. A noter que les femmes sont désormais légèrement majoritaires au sein de la population immigrée.

Jonathan Barbier

Plus d'infos sur www.insee.fr

Est considérée comme immigrée selon l'Insee « une personne née étrangère, dans un pays étranger », et qui vit en France. L'acquisition de la nationalité française ne modifie donc pas ce caractère.