Etrange suicide au tribunal de Mulhouse

©2006 20 minutes

— 

Un suicide qui pose beaucoup de questions. Peu après son audition par un juge d'instruction, Yvan Keller, 46 ans, s'est donné la mort vendredi dans les sous-sols du tribunal de grande instance de Mulhouse. En se pendant avec ses lacets de chaussures. L'homme, bien connu des services de police, venait d'être mis en examen pour homicides volontaires et vols. « Il va falloir que l'on m'indique pourquoi aucun agent n'avait retiré ses lacets et pourquoi il n'était pas sous surveillance dans sa cellule », s'interroge son avocat, Me Pierre Peter. Les raisons de ce geste demeurent également mystérieuses. « Il m'avait affirmé son intention de collaborer avec la justice, il s'est peut-être passé quelque chose lors de l'audition », confie l'avocat.

La veille, Yvan Keller avait reconnu devant les policiers avoir assassiné par suffocation plusieurs vieilles dames, avant de dérober leurs biens. Au milieu des années 1990, certains de ces décès avaient été classés en mort naturelle. Selon certaines sources, Yvan Keller aurait tenté de « négocier » certains avantages pour son épouse, notamment une mesure d'éloignement, en échange de ses révélations. Ce contrat moral aurait été accepté par les policiers. « Mais à l'issue de son audition avec le juge, il a peut-être estimé que cet engagement ne serait pas tenu », souligne Pierre Peter. Yvan Keller a alors refusé de signer sa déposition, avant d'être reconduit vers le sous-sol.

Jonathan Barbier

Me Pierre Peter n'a pas pour l'heure l'intention de porter plainte. Il sollicitera ce matin un entretien avec le procureur de la République, « pour tenter de comprendre ».