La cathédrale en travaux suspendus

©2006 20 minutes

— 

Face-à-face avec les anges de la cathédrale. Accrochés par des sangles au-dessus du vide, tels des grimpeurs de haute montagne, quatre cordistes de l'Œuvre Notre-Dame inspectent à partir d'aujourd'hui les maçonneries des façades de la haute tour. En rénovation depuis 2004, cette partie du monument sera totalement débarrassée de ses échaudages à la mi-novembre. Mais avant cette dernière étape, les artisans de l'Œuvre Notre-Dame, qui exécutent ce chantier de réhabilitation d'une valeur d'un million d'euros, examinent à la loupe la partie de la tour qui n'était déjà plus échafaudée. Suspendus entre 66 et 100 m de hauteur, les cordistes devront notamment « déterminer les éléments de pierre fissurés ou fracturés, explique Martin Labouré, responsable technique de l'Œuvre Notre-Dame. Quand ce sera possible, ils recolleront les morceaux mal accrochés et referont les joints. Mais les pièces qui menacent de tomber seront arrachées ». L'opération prendra fin mi-octobre.

J. B.

Pour éviter tout accident, un périmètre de protection d'une vingtaine de mètres est mis en place aux pieds de la tour. Un passage couvert le long de l'office du tourisme permet la circulation piétonne. Ce dispositif sera levé après le démontage des échaudages, prévu le 17 novembre.