La ligne E du tram s'étire

Thomas calinon

— 

La ligne E sera peut-être prolongée de trois stations après l'arrêt Boecklin.
La ligne E sera peut-être prolongée de trois stations après l'arrêt Boecklin. — G. Varela/20 Minutes

L'extension de la ligne E du tramway à la Robertsau sera-t-elle plus longue que prévue ? En juin 2011, la ville et la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) avaient tranché en faveur d'un scénario « d'équilibre réaliste », qui prévoyait de prolonger le tracé de son terminus actuel, à la station Boecklin, vers le cœur du quartier, au niveau de la rue Mélanie. Soit 790 m d'infrastructure nouvelle. Mais la délibération soumise ce vendredi aux élus du conseil de communauté n'exclut pas d'aller plus loin. Un second scénario sera en effet étudié lors de la concertation publique, qui débutera en mars. Baptisé « T2 », il vise à réaliser une extension d'une longueur portée à 1 410 m, afin d'atteindre la rue de la Papeterie.

« C'est positif, mais pour l'heure, c'est des paroles»


Avec deux stations supplémentaires, la première option disposerait d'un potentiel de desserte d'environ 7 700 personnes. L'hypothèse « T2 » et ses trois stations porteraient ce potentiel à 11 100 personnes. Le coût passerait de à 8, 9 à 14, 3 millions d'euros. Le conseiller général du quartier, Yves Le Tallec (UMP), qui militait pour cette extension de l'extension, salue « une belle avancée, non seulement vers le centre du quartier, mais aussi vers la raison ». « Il faut faire avancer le tram, mais on pourrait le faire avancer plus vite », réagit Luc Wehrung, président de l'Association pour la sauvegarde de l'environnement de la Robertsau (Asser), qui souhaiterait « un projet en deux phases » pour que le tronçon jusqu'à la rue Mélanie soit réalisé avant l'horizon 2016 envisagé par la CUS. « C'est positif, mais pour l'heure, c'est des paroles. On verra s'il y aura des actes », commente Jean-Daniel Braun, de l'Association pour la défense des intérêts de la Robertsau (Adir). Selon lui, « l'idéal » serait d'aller jusqu'à la lisière nord de la ville, « pour que les gens qui arrivent le matin laissent leur voiture à l'entrée du quartier, ce qui limiterait les bouchons ». Une solution rejetée par la CUS en raison de « l'insuffisance de clientèle potentielle ».

■ Connexion programmée avec des bus express

En complément du tramway, la Robertsau pourrait être desservie par des bus express. Circulant sur la voirie traditionnelle et parfois en site propre, ils bénéficieraient de la priorité aux feux. Deux lignes sont à l'étude, sur des axes nord-sud et ouest-est. Selon la CUS, le scénario d'extension « T2 » apporterait une « réponse optimale aux besoins du quartier avec deux points de connexion tram-bus express », rue Mélanie et au terminus.