Gaz de Strasbourg : la pression monte

©2006 20 minutes

— 

Le débat sur la privatisation de GDF se régionalise. De source parlementaire, l'amendement des députés UMP alsaciens André Schneider et Antoine Herth, présenté avec leur homologue bordelais Hugues Martin (UMP), pourrait être examiné d'ici à la fin de la semaine. S'il est adopté, le texte permettrait à la ville de privatiser Gaz de Strasbourg, en abolissant son obligation de détenir la majorité des parts de la société.

Opposé à ce projet, Armand Jung, député (PS) du Bas-Rhin, a précisé hier qu'il soutiendrait « toutes les actions syndicales s'opposant à la privatisation, car il est indéfendable de brader le patrimoine industriel local pour renflouer les caisses ». José Haar, délégué FO chez Gaz de Strasbourg, estime quant à lui que « l'approvisionnement ne sera plus garanti à un tarif régulé par les pouvoirs publics en cas de privatisation ». Du côté de la ville, on revendique la paternité de l'amendement, faisant valoir notamment que l'éventuelle privatisation « n'aura pas d'incidence sur la situation du personnel ».

Ludovic Meignin