La tendance « Spotted » débarque à Strasbourg

— 

Vous êtes étudiants à l'Université de Strasbourg (Unistra) ? Il n'est peut-être pas trop tard pour trouver un(e) Vanlentin(e) pour la semaine prochaine : l'Unistra a désormais sa page « Spotted » (« repéré ») où chaque étudiant – timide – peut laisser anonymement une déclaration d'amour à celui ou celle que fait battre son cœur ou à l'âme sœur aperçue quelques jours plus tôt dans les couloirs de la fac.

La French touch


Près de 200 messages ont été postés à ce jour et des couples se sont déjà formés, selon Erwin De Saint Légier, 20 ans, créateur des pages françaises « Spotted ». Des messages concis – « WANTED : grand châtain foncé, barbu, jeans et chemise » –, ou souvent poétiques : « Toi, penseur, les écouteurs sur les oreilles, Chaque matin inconsciemment tu me tient (sic) en éveil ». A la base, « le concept ne prévoit pas de poèmes. C'est la French touch ! », sourit Erwin, qui s'est entouré de membres de l'Unistra pour modérer les messages. Mercredi, la page (lancée le 8 janvier) comptait plus de 5 600 « J'aime ». « A Strasbourg, ça marche bien. Mais il y a encore de la marge, on peut arriver à 15 000 personnes », estime le jeune homme. Effet boule de neige oblige, le lycée Fustel de Coulanges ou encore l'Université de Haute-Alsace ont aussi leurs pages. Alexia Ighirri.

■ Une technique pas réservée aux étudiants

La capitale alsacienne a aussi sa page « Spotted ». Bien moins fréquentée que celle de l'université (650 personnes), elle traite des coups de foudre hors du campus, de l'identité du jeune homme aperçu « à plusieurs reprises au Théâtre du Maillon-Wacken » à la « jeune femme sportive brune croisée le mardi 29 Janvier à la piscine du Wacken ».