L'édition régionale dans un rayon étroit

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

La rentrée littéraire ne semble pas contaminer de sa fièvre productiviste les éditeurs alsaciens. S'adressant souvent à un lectorat restreint du fait de leur spécialisation dans des domaines aussi pointus que l'histoire régionale, leurs ouvrages ont du mal, en dehors de l'Alsace, à se faire une place sur les étagères des librairies. « Nous souffrons surtout d'un manque de moyens, regrette Françoise Helluy, directrice des éditions Le Verger et présidente de l'association des éditeurs d'Alsace. Nous sommes étouffés par la cavalerie parisienne car la diffusion nationale demande de très lourds investissements. A notre niveau, par exemple, nous ne pouvons pas assurer de promotion par l'envoi de nos livres aux journalistes de la presse nationale. »

Une difficulté que tentent de contourner les éditions La Nuée Bleue en misant sur « l'effet rentrée pour sortir neuf ouvrages, dont deux nationalement, en septembre et en octobre, explique leur directeur, Bernard Reumaux. Soit près d'un tiers des livres que nous éditons cette année. » Il justifie ce choix, notamment, par la volonté de participer aux événements littéraires de l'automne tel que le Salon du livre de Nancy, qui s'est tenu ce week-end. Un pari que la mise en place d'une stratégie globale du livre dans la région pourrait permettre à davantage d'éditeurs alsaciens de relever : « Nous avons besoin d'une structure nous aidant à être présents sur les salons, mais également à réaliser nos projets éditoriaux », précise Françoise Helluy.

Philippe Wendling

Parmi la quarantaine d'éditeurs recensés dans la région, dix-huit sont membres de l'association des éditeurs d'Alsace. Les autres sont, dans leur majorité, des associations ou des agences de communication.