A Lingolsheim, le quartier des Hirondelles fait sa mue

thomas Calinon

— 

Rentrée différée pour les 410 élèves de l'école du quartier des Hirondelles, à Lingolsheim. Ils n'ont repris les cours que mardi, dans des locaux modulaires. La ville vient en effet de lancer l'opération de restructuration des bâtiments, qui va mobiliser 7 millions d'euros sur deux ans. « C'est une école qui n'avait aucune isolation thermique, rappelle le maire, Yves Bur (UMP). On rénove à fond, on revoit toute l'organisation des locaux. On accompagne ainsi le programme de rénovation urbaine qui est lancé depuis 2007 et qui change complètement la physionomie du quartier ».

Le secteur était l'un des plus déshérités de la communauté urbaine, avec 92 % de logements sociaux et un revenu médian de 8 500 € par ménage, contre 18 000 € dans l'agglomération. Une tour a déjà été détruite en 2011 et deux autres le seront cet été, entre juin et août. Elles sont remplacées par des immeubles plus petits et plus pimpants.

Martine, qui vit avec son fils et attend un relogement, « ne (veut) pas quitter le quartier », même si elle juge que « les jeux pour les gosses sont trop éloignés » dans la nouvelle mouture. « Ca fait 35 ans que j'habite là, témoigne son voisin Thierry*. Au début, c'était super. Ca s'est dégradé au fil du temps. Les constructions nouvelles donnent un autre visage au quartier, mais est-ce que ça va changer quelque chose ? Les gens qui commettent des dégradations ne vont pas modifié leur comportement en changeant d'immeuble. La nuit du Nouvel An, deux vitres ont été cassés dans l'un des nouveaux immeubles… » Yves Bur est au contraire persuadé que les efforts de « reconstitution sur place d'une mixité sociale » vont porter leurs fruits. « A terme, il n'y aura que 151 logements sociaux sur 380 constructions nouvelles, à la place de 576 logements sociaux très dégradés ». ■