Le goût des suppressions de postes passe mal chez les profs

©2006 20 minutes

— 

La citronnade distribuée aux passants était amère, « mais moins que les suppressions de postes que veut nous faire avaler le ministère », a souligné une institutrice. L'opération « potion amère », organisée hier après-midi sur la place Kléber, a réuni plusieurs syndicats d'enseignants qui ont dénoncé « le manque de profs dans l'éducation », à l'occasion d'une journée d'action nationale. Pour l'enseignement secondaire, « il manque au niveau académique une quarantaine de postes pour que le compte y soit, surtout dans les collèges », estime Jean-Michel Vaillant, de la FSU. En primaire, l'annonce mardi par le rectorat de l'ouverture de 23 classes et la création de quatre postes supplémentaires dans le Bas-Rhin calme à peine les syndicats. « Cet apport ne masque pas la situation globale, lance Catherine Torterotot, de l'Unsa. On sait déjà que dans certains collèges, les remplacements ne pourront être assurés. »

J. B.