Les profs du Ried veulent la tête du principal

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les professeurs du collège du Ried à Bischheim, en grève hier et avant-hier, ne reprendront pas le travail demain. Réunis en assemblée générale, ils ont voté hier la reconduction de leur mouvement, qui réclame la tête de Dominique Buchert, le principal de l'établissement. « Hors de question de reprendre les cours tant qu'il sera là », préviennent les professeurs. L'accueil des élèves pour la rentrée a cependant été assuré par le personnel encadrant et les 20 % de non-grévistes.

A son poste depuis deux ans, le principal fait désormais la quasi-unanimité contre lui. Motifs ? « Une absence totale de communication avec les enseignants, des dysfonctionnements au conseil d'administration, ou encore une gestion désastreuse du comportement des élèves », explique Monique Schneider, professeur de français. Le laxisme du principal face au comportement violent de certains élèves entraînerait notamment un sentiment d'impunité. « Avant qu'il n'arrive, il n'y avait jamais de problème ici », explique une maman, qui raconte que son fils a subi l'an dernier les brimades répétées d'un groupe de collégiens, « sans réelle sanction de l'administration ». « Mon enfant non plus ne retournera pas en cours tant que le principal sera à son poste », assure-t-elle. Contacté hier, Dominique Buchert n'a pas souhaité s'exprimer.

Jonathan Barbier

Le rectorat a invité hier les professeurs à reprendre le travail et à attendre l'arrivée « dans les meilleurs délais » d'une mission d'inspection générale que vient d'ordonner le ministère.