STRASBOURG - Pas de garanties pour les salariés

— 

Reçus mardi au ministère du Redressement productif pour évoquer la vente de l'usine, les syndicats de General Motors (GM) sont repartis sans certitudes sur l'avenir. « Les 990 salariés n'ont pas de garanties », se plaint Roland Robert, de la CGT. « On aurait aimé que GM reste socialement responsable pour la suite, mais on nous a dit que ce n'est pas possible », poursuit Jean-Marc Ruhland, de la CFDT. Les syndicats ne s'opposeront cependant pas à la reprise par Punch Metals International, qui doit être finalisée le 21 décembre.T.C.