La ville s'ouvre aux robinets

©2006 20 minutes

— 

Neuf milliards de litres. C'est la production annuelle d'eau embouteillée en France. Un conditionnement qui attire les consommateurs, car il les rassure. A l'instar d'une trentenaire, venue faire ses courses, hier, dans un supermarché de la place Kléber : « Je ne bois plus que de l'eau en bouteille, car celle du robinet ne m'inspire plus confiance. » Une autre cliente renchérit : « Moi, je la bois, mais elle a mauvais goût et je la trouve calcaire. » Pourtant, contrairement aux préjugés, la qualité ne coule pas forcément de source. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne que l'eau conditionnée est également sujette à contamination.

Soucieuse de combattre les idées reçues concernant le réseau public de distribution, la CUS a lancé en juin une campagne d'information dont les premiers résultats sont publiés sur le site Internet de la ville (lire encadré). Des dégustations ont été organisées sur les marchés et une plaquette est encore téléchargeable sur le site Web. Lors du Tour de France, Hugues Geiger, l'adjoint au maire (écologiste indépendant) chargé de l'Environnement, a même enfourché un triporteur pour distribuer des flacons jaunes contenant de l'eau du robinet. Sur chaque bouteille était indiquée sa composition précise. Hugues Geiger voulait ainsi convaincre que « la qualité du réseau public est telle que c'est comme si on utilisait de l'eau minérale pour laver sa voiture ».

Milena Perraud

La qualité de l'eau est en ligne sur : www.strasbourg.fr/ Strasbourgfr/FR/VivreLaVille/Environnement/ Eau/Qualiteeau Les directives de l'OMS : www.who.int/topics/ water/fr