STRASBOURG - Apprendre la grammaire des mammifères

— 

Ce sont des fragments d'histoires, des phrases lancées qui se croisent, s'entrecroisent, s'enchevêtrent et se complètent. La Grammaire des mammifères nous plonge dans la vie pour ausculter le quotidien. Ce texte de William Pellier, mis en scène par Catherine Javaloyès, de la compagnie Le Talon Rouge, interroge avant tout la représentation de soi et de l'autre dans les sphères intimes et sociales. Mais cette « grammaire », par définition, écarte toute passion. Elle met à plat un système, démonte et désarticule un phénomène pour en détailler les ressorts.
L'être social passe au scalpel, dans son animalité, ses pulsions, son intimité : c'est de la dissection anatomique et spirituelle orchestrée par quatre comédiens, Gaël Chaillat, Blanche Giraud-Beauregardt, Pascale Lequesne et Jean-Philippe Labadie. Petit à petit, la frontière entre le réel et son reflet s'amenuise jusqu'à disparaître irrémédiablement.M. G.