La bouillie suisse était encore chaude

©2006 20 minutes

— 

Une écuelle de bouillie pour sceller un accord politique. Tout le week-end et comme tous les dix ans, Strasbourgeois et Zurichois ont célébré un pacte vieux de 550 ans, le Hirsebreifahrt ou « croisière de la bouillie de millet ». En 1456, les deux villes s'étaient promis de se défendre mutuellement en cas d'agression. Pour prouver leur efficacité, de jeunes Zurichois avaient alors rallié Strasbourg par le Rhin, en un peu plus de vingt heures de voyage, avec à bord une bouillie de millet encore chaude. Cette fois, Elmar Ledergerber, le maire de Zurich, et les 250 membres de la délégation suisse ont passé trois jours à bord de leurs cinq barques (lire ci-contre).

Samedi après-midi à l'embarcadère de la place du Vieux-Marché-aux-Poissons, l'équipe municipale strasbourgeoise a accueilli l'équipage, composé de dignitaires habillés comme à l'époque et d'une fanfare avec majorettes. Et les marmites de bouillie de millet ont été distribuées aux badauds. Pour l'occasion, la capitale alsacienne avait revêtu les couleurs bleu et blanc de son invitée.« Cette tradition a été réactivée en 1956, souligne Walter, Zurichois en costume de bourgeois médiéval. Les gens, le voyage, l'ambiance, tout ceci est fascinant et je reviens volontiers tous les dix ans. »

F.-L. M.

Si le voyage de la délégation zurichoise a duré trois jours, c'est que les nombreuses écluses rendent la navigation sur le Rhin moins facile qu'autrefois.