Le numérique s'invite au chevet des patients

— 

Le dossier médical personnalisé (DMP), c'est l'avenir. C'est en tout cas le message que veut faire passer l'Agence régionale de santé (ARS) lors des Assises régionales de l'e-santé qui auront lieu le week-end prochain (12 et 13 octobre) à Strasbourg, lors desquelles le premier débat public sur le DMP sera organisé.
Lors de ce rendez-vous, « plus d'une trentaine de projets seront présentés, détaille Laurent Habert, le directeur général de l'ARS Alsace. Il y a deux catégories : la télé-médecine et l'e-santé ». La première concerne les prises en charge à distance. « On pourra diagnostiquer un AVC [accident vasculaire cérébral] sans se déplacer, à partir d'éléments fournis par les établissements qui ont reçu le patient et qui ne disposent pas de neurologue. » Les résidents des Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) pourront aussi être auscultés à distance, « un gain de temps et de confort pour tout le monde ». Ces projets seront testés en 2013.

En Alsace, 28 000 dossiers

déjà ouverts
Pour l'e-santé, le DMP est particulièrement développé en Alsace, où plus de 28 000 dossiers ont déjà été ouverts, soit plus de 10 % du total national.
« On s'est aperçu que l'outil était d'une puissance tout à fait respectable, note Jean-François Lanot, directeur général adjoint des hôpitaux universitaires de Strasbourg. Il faut désormais que l'ensemble des personnels médicaux aient accès aux images (radio, IRM, scanner), des infos fondamentales. Et ce sont des économies, puisque si on dispose de ces infos, on n'a plus besoin de refaire ces clichés. »
Entre les radios oubliées à la maison ou encore chez le médecin, on estime que 10 % des images médicales ne sont que des doublements.
A terme, l'idéal serait qu'un médecin ou qu'un chirurgien puisse, en un clic, avoir accès aux trois derniers scanners, par exemple, pour pouvoir les comparer en un coup d'œil sur le même écran. Idem pour l'évolution du cholestérol. Et ce, où que soit le patient en France.S. R.

Les atouts du Dossier médical personnalisé

Les patients qui multiplient les allers-retours entre leur médecin traitant, les spécialistes et le centre hospitalier sont les premiers concernés par ce dossier médical personnalisé. Des dialysés ou des femmes enceintes, par exemple, ont tout intérêt à être suivis informatiquement pour un gain d'efficacité des personnels médicaux.