La situation est encore compliquée

— 

Les familles veulent un hébergement.
Les familles veulent un hébergement. — G.VARELA/20MINUTES

Alors que quelques familles de demandeurs d'asile, défendues par Me Laurent Jung et réclamant des places d'hébergement d'urgence, vont être entendues par le tribunal de Strasbourg lors de nouvelles audiences prévues ces lundi et mercredi, des dizaines d'autres n'ont toujours pas trouvé de solution. Au total, près de 145 personnes se retrouvent dans la rue, selon Marie Neiss de l'association Casas*, le dispositif hôtelier étant saturé. Les familles se retournent vers la gare de Strasbourg et les hôpitaux de la ville, qui « commencent eux aussi à monter au créneau » n'arrivant plus à gérer la situation. « Il n'y a plus qu'un mois à tenir avant la trêve hivernale, assure-t-elle. Mais pour le moment, il n'y a aucune logique : des personnes arrivées il y a deux jours ont un hébergement, d'autres n'ont rien depuis des mois. ça complique les choses. » Suite à leur dernière manifestation, les familles avaient pu être hébergées trois nuits. « Mais rien n'est décidé pour une nouvelle mobilisation. On attend les résultats de l'audience de mercredi. »A.I.