Roland-Garros: « Mladenovic avait si mal au dos « qu’elle a failli ne pas rentrer sur le court »

TENNIS La Française s’est imposée 9-7 au troisième set quelques heures après s’être bloquée le dos à l’entraînement…

J.L.

— 

Kristina Mladenovic, le 29 mai 2017.
Kristina Mladenovic, le 29 mai 2017. — SilverHub/Shutterstock/SIPA

De notre envoyé spécial,

Un faux mouvement qui a failli mettre son tournoi en l’air avant même qu’il ne commence. Diminuée au service, limitée sur ses déplacements, Kristina Mladenovic, septième à la race depuis janvier, s’en est sortie par miracle face à l’Américaine Brady en servant des premières balles d’enfants pendant presque trois heures (3-6, 6-3, 9-7). La Française a du mérite : elle s’était bloquée le dos lundi en fin de matinée sur un entraînement de routine, et il a fallu gober une tonne d’antiinflammatoires pour tenir le coup.

>> A lire aussi : Roland-Garros: De Gilles Simon à Alizé Lim, on vous raconte la journée de la lose de nos Français

« Si c’était pas Roland, je serais pas sortie sur le terrain. Tout le monde l’a vu. Je fais trois jeux, j’y suis pas, le doc me donne encore des cachets, et puis le fait de mener me relance un peu. Je me voyais sortie du tournoi à 3-0 contre moi dans le dernier set. Après, je sais pas comment je m’en suis sorti. Point par point, je me suis accroché en me disant que c’est juste un break, après c’est devenu un petit marathon. Je suis fière de moi ».

 

Elle peut remercier une adversaire qui a joué comme si elle ne se rendait compte de rien, notamment au retour de service, alors qu’il aurait suffi d’avancer de deux mètres dans le court pour faire le point à chaque fois. Tant mieux pour Mladenovic, qui a deux jours devant elle pour se retaper. « Je suis confiance, la situation s’est déjà beaucoup améliorée en 24h. Ce n’est rien de dangereux, ça m’est déjà arrivé il y a deux ans, et c’était fini le lendemain. J’ai une super équipe autour de moi et je pense que je serai OK mercredi. Je suis soulagée d’avoir pu me donner une chance d’être encore là ». L’organisation aussi, qui pensait se voir dépouillée de sa meilleure chance d’aller loin chez les filles dès le premier lundi.