Masters: «C'était dur», Monfils a pris bien cher contre Raonic

TENNIS Le Français s'est déjà compliqué la vie dans la course aux demies...

R.B. avec AFP

— 

Gaël Monfils au Masters le 13 novembre 2016.
Gaël Monfils au Masters le 13 novembre 2016. — BPI/Shutterstock/SIPA

Gaël Monfils, N.6 mondial, s'est incliné dès son entrée dans le Masters de Londres, balayé par la puissance de Milos Raonic en deux sets 6-3, 6-4, dimanche.

Le Parisien âgé de 30 ans, qui faisait ses débuts au Masters, a peut-être dores et déjà presque dit adieu à ses espoirs de qualification pour les demi-finales, tant dans l'autre match du groupe, Novak Djokovic a semblé impérial et Dominic Thiem fatigué et fébrile.

Monfils, qui revenait d'une blessure aux côtes après avoir manqué le tournoi de Paris-Bercy, a bien mal débuté son premier match chez les «maîtres». Breaké dès la première occasion, il s'est repris pour revenir à 3-1.

«Je suis venu ici avec même pas une semaine d'entraînement, seulement trois ou quatre vrais jours de vrai entraînement, a expliqué »La Monf« à l'issue du match. Même à 100%, c'est dur de battre ces gars. Il est N.4 mondial. Avec trois ou quatre jours d'entraînement, c'était dur.»

Se battant comme un lion et enchaînant quelques coups de génie, comme cet amorti revers en bout de course ou ce coup entre les jambes, le Parisien est resté au contact (4-2).

Mais en face, Raonic est une machine. Dans le sillage de ses services puissants, le grand Canadien (1,96 m) n'a laissé aucune chance au Français pour s'adjuger le premier set.

Dans la deuxième manche, Monfils s'est aussi montré combattif, notamment pour mener 3-2 en sauvant avec rage quatre balles de break.

Mais à nouveau, Raonic, pas gêné par sa blessure à une cuisse qui l'avait obligé à faire un aller-retour à Toronto dans la semaine, faisait parler sa puissance pour s'adjuger le match sans trembler, à l'image d'un dernier jeu expéditif.

Monfis, qui affrontera Thiem mardi, va maintenant se concentrer sur sa récupération, histoire de jouer à fond ses chances de qualifications.

«Cela va être dur, a-t-il commenté. Pas beaucoup de temps pour récupérer. Pour être honnête, je suis fatigué. Je le sens déjà. Ce n'est pas bon signe (...) Je crois que je vais me concentrer sur ma récupération.»