Roland-Garros: On a retrouvé le Français qui a humilié Murray pour sa première sur terre battue

TENNIS Le Britannique dispute la finale du tournoi parisien contre Novak Djokovic ce dimanche...

Romain Baheux

— 

Andy Murray à Roland-Garros le 3 juin 2016.
Andy Murray à Roland-Garros le 3 juin 2016. — Ella Ling/BPI/Shutterst/SIPA

A Roland-Garros,

Très peu de tennismen peuvent se vanter d’avoir un bilan positif contre Andy Murray. Régis Lavergne est l’un d’entre eux, avec une correction 6-0, 6-1 infligée à l’Ecossais. Vous n’avez pas souvenir de cette humiliation ? C’est normal. 1. C’était lors d’un tournoi Challenger à Edimbourg, donc rarement diffusé dans nos contrées. 2. C’était en mai 2002, et si vous aviez déjà entendu parler de l’homme qui défiera Novak Djokovic en finale de Roland-Garros ce dimanche à 15 h, c’est que vous avez une sérieuse tendance à la mythomanie.

>> A lire aussi : Murray balaye Wawrinka et rejoint Djoko en finale...

« Même une fois qu’il est devenu célèbre, j’ai mis du temps à tilter, raconte Régis Lavergne, désormais entraîneur au sein de l’académie de Patrick Mouratoglou. Sept ou huit ans après ce match, mon frère m’a dit : "Mais tu sais que tu as déjà joué Murray ?" ». Ou plutôt sa version de 15 ans, qui s’aligne sur terre battue pour la première fois de sa jeune carrière lors des qualifications du tournoi écossais.

« Il était déjà assez grand, il me donnait l’impression de l’adolescent qui a eu une croissance trop rapide, se souvient Lavergne. Il avait un côté un peu gauche. » Sur le court, il n’y a pas match. Agé de 28 ans, le Français, qui voit ce Challenger comme un bon moyen de remonter au classement ATP après une longue blessure, promène son adversaire à l’expérience.

« Il donnait beaucoup de points gratos, il attaquait trop vite, poursuit Régis Lavergne. Rapidement, j’ai compris que c’était le genre de rencontres où il faut provoquer les fautes de l’adversaire pour s’imposer. » Impuissant, Andy Murray ne marque qu’un jeu sur une surface qu’il déteste alors, à des années-lumière de la maîtrise affichée contre Gasquet ou Wawrinka quatorze ans plus tard.

« J’aurais du mal à vous dire des choses sur ses chances demain [dimanche], il a tellement changé depuis notre match, souligne le Français. C’est tellement loin, ça m’étonnerait qu’il se souvienne de moi. Mais si c’est le cas et qu’il veut passer me voir, ça pourrait être sympa. » Et une bonne occasion de corriger son bilan négatif contre Régis Lavergne.