Roland-Garros: Pourquoi vous ne devez pas trop vous acharner sur les Français

TENNIS Aucun d'entre eux ne disputera les demi-finales...

Romain Baheux

— 

Jo-Wilfried Tsonga face à Marcos Baghdatis au 2e tour de Roland-Garros, le 26 mai 2016.
Jo-Wilfried Tsonga face à Marcos Baghdatis au 2e tour de Roland-Garros, le 26 mai 2016. — CHINE NOUVELLE/SIPA

A Roland-Garros,

« Il n’y a plus de Français à Roland-Garros. » Depuis mercredi et l’élimination de Richard Gasquet par Andy Murray en quart de finale, nous voilà privés de tout représentant tricolore à la Porte d’Auteuil. Et si vous êtes résignés à l’idée d’attendre une trente-quatrième année avant d’éventuellement voir un successeur à Yannick Noah, ne tombez pas dans un French-bashing de bistrot. Vous méritez mieux que ça, eux aussi, voilà pourquoi.

  • Les deux meilleurs étaient blessés

En avril, nos rêves étaient peuplés de glissades rageuses de Gaël Monfils après sa finale à Monte-Carlo contre Nadal. Malheureusement, le meilleur Français sur terre battue a dû renoncer, diminué par un virus, quelques jours avant Roland. Une semaine plus tard, Jo-Wilfried Tsonga, demi-finaliste en 2013 et 2015, déclarait forfait en plein troisième tour, rattrapé par ses adducteurs douloureux. Dommage, d’autant que son tableau s’était ouvert après l’abandon de Rafael Nadal.

  • Ils sont tombés sur plus fort

Gasquet sorti en quart ? Oui, par le numéro 2 mondial et récent vainqueur du Masters 1.000 de Rome. Les filles n’ont pas passé le troisième tour ? Aucune d’entre elles ne figure dans les vingt-cinq meilleures mondiales et Mladenovic et Cornet ont été sorties par les sœurs Williams alors que Pauline Parmentier s’est fadée une demi-finaliste de la dernière édition, Timea Bacsinszky. Bref, que du logique.

  • Un petit jeune nous a fait rêver

OK, il n’est pas allé au bout de son exploit. Mais quand on le voit se pointer avec la 164e place mondiale et arracher deux sets à Andy Murray sur le Central de Roland-Garros, on peut dire que Mathias Bourgue, 22 ans, a peut-être en lui de quoi nous divertir dans les prochaines années. On aura en revanche moins de clémence pour Lucas Pouille, passé au travers dès le deuxième tour par un certain Andrej Martin. Vous voyez, on sait aussi taper sur les Français quand il faut.