Roland-Garros: Cinq raisons pour lesquelles vous avez le droit de détester Nick Kyrgios

TENNIS L'Australien, l'un des joueurs les plus bouillants du circuit, affronte Richard Gasquet vendredi...

Romain Baheux

— 

Nick Kyrgios à Roland-Garros le 22 mai 2016.
Nick Kyrgios à Roland-Garros le 22 mai 2016. — Christophe Ena/AP/SIPA

On a beau bien aimé Richard Gasquet, on se serait contenté d’un chauvinisme de bon ton pour un troisième tour classique à Roland-Garros. Mais Nick Kyrgios, son bad-boy d’adversaire de vendredi, fait tout ce qui est humainement possible de mettre en œuvre pour se rendre le plus détestable possible. Car s’il est très talentueux, l’Australien trimballe déjà de sacrées casseroles à 21 ans.

Il a complètement craqué avec Wawrinka

L’histoire l’a fait passer de la catégorie des sympathiques trublions à celles des types ingérables. Montréal, août 2015. Opposé à Stan Wawrinka, Kyrgios trouve malin de vulgairement glisser en plein match que Kokkinakis, un autre joueur australien, a connu bibliquement la petite amie du Suisse, Donna Vekic. Pas de pot, un micro de la télévision canadienne enregistre ses paroles.

Le vainqueur de Roland 2015 n’apprécie pas du tout, l’ATP non plus. Nick Kyrgios, qui affirme s’être excusé depuis, prend 25.000 dollars d’amende. La grande classe.

  • Les cadors ne peuvent déjà plus l’encadrer

Sa brouille avec Wawrinka n’a pas aidé l’Australien à se faire des potes. Quelques jours après l’affaire, Rafael Nadal refuse de l’affronter lors d’un match de charité à New York. Le garnement est remplacé en urgence par son compatriote Lleyton Hewitt. « L’âge n’est pas une excuse. C’est juste une question de respect. Il a eu tort », le tacle l’Espagnol.

Djokovic ? Lundi, le Serbe a tenté de dissimuler son agacement par une langue de bois de compétition mais sa tête disait tout le contraire. La veille, l’Australien s’était chauffé avec l’arbitre lors de son entrée en jeu à Roland-Garros, mécontent d’un avertissement adressé à son encontre pour avoir crié trop fort « serviette » sur un ramasseur de balles.

« Et quand Djokovic prend le bras de l’arbitre, c’est normal ? », s’est-il même senti obligé de lâcher, mêlant le numéro 1 mondial, il est vrai un poil trop à l’aise lors du Masters 1.000 de Rome contre Nadal, au clash.

Federer ? Il y a un an, le Suisse avait grommelé un « on a besoin d’un clown pour ce cirque » lors d’un match à Madrid, sans savoir s’il visait Kyrgios ou l’arbitre. Seul Murray trouve encore le moyen de le défendre, mettant ses embrouilles à répétition sur le compte de la jeunesse.

  • Il est mal élevé

Toujours un plaisir de compter Nick Kyrgios parmi ses convives. En octobre, l’Australien se pointe au Masters 1.000 de Shangai visiblement très mal luné. Dès son arrivée, il qualifie le revêtement du tournoi de « surface de merde ». Puis, il s’en prend à des conditions « dingues » d’organisation, se plaignant d’un caméraman discutant pendant les points.

« Bien sûr, j’attendais beaucoup plus de la part d’un Masters 1.000, peste-t-il. Vous ne verrez jamais Roger (Federer) ou Rafa (Rafael Nadal) joueur sur un court dans de telles conditions » Résultat ? Une nouvelle amende.

  • Il est méchant avec les ramasseurs de balles

On ne va pas revenir sur l’épisode de dimanche mais vous raconter l’histoire de Nick à Miami. Ce jour-là, notre Australien balance dans les tribunes une balle envoyée par un ramasseur lors de son huitième contre Kuznetsov. Pourquoi ? Car il trouve que le gamin n’a pas maîtrisé sa force et lui a envoyé une ogive.

Cette odieuse agression ne l’empêche pas de s’imposer mais lui vaut de se chauffer avec l’arbitre. « Si Rafa Nadal avait fait ça, tu n’aurais rien dit », s’emporte le jeune homme. Sauf que justement, il ne le fait pas.

  • Il a converti notre Richard

Richard est trop gentil. Au point d’encenser Kyrgios quand on l’interroge sur ses excès. « Il a une grosse personnalité. C’est bien pour le jeu d’avoir des joueurs qui arrivent comme lui, souligne le tricolore. En dehors, il est très respectueux. Sur le court, à chaque fois c’est pareil. C’est quelqu’un que j’apprécie. Cela fait longtemps que l’on se joue. Cela s’est toujours très bien passé. Au contraire, on a la chance d’avoir un joueur comme lui qui arrive. » Vite, une crasse de Nick pour le ramener à la raison.