Roland-Garros: C'est quoi, ces tenues zèbrées? On a appelé la fashion police

TENNIS Après le short de Wawrinka en 2015, Roland-Garros offre un nouveau débat vestimentaire porté notamment sur les épaules de Jo-Wilfried Tsonga... 

Annabelle Laurent

— 

Jo-Wilfried Tsonga, Simona Halep (en haut à droite) et Kristina Mladenovic (en bas à droite), tout de zèbre vêtus.
Jo-Wilfried Tsonga, Simona Halep (en haut à droite) et Kristina Mladenovic (en bas à droite), tout de zèbre vêtus. — HERVE BLOMET/Michel Euler/AP//Mike Frey/BPI/Shutterst/SIPA

A Roland-Garros,

«Il a dépecé un zèbre Tsonga ou quoi ? », « Les tenues zébrées sur tous les courts, on en parle ? ». Adidas peut se réjouir : sa collection de tenues imaginée pour Roland-Garros a eu l’effet escompté.

Les Français Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille et Kristina Mladenovic, la Roumaine Simona Halep, le Tchèque Tomáš Berdych ou l’Autrichien Dominic Thiem… Depuis dimanche, tous défilent un à un dans l’une de ces tenues zébrées, et dans les tribunes comme devant les télés, pas grand monde ne comprend… l’audace. Même si Adidas nous assure le contraire, un coup d’œil à Twitter indique un accueil bien plus circonspect que chaleureux.


«Appelez la fashion police », pouvait-on lire pendant le match de Tsonga mardi. Très bien. On vous a pris au mot.

Avec un léger biais, puisqu’on tenait surtout à vous contredire. Précisons simplement que l’auteure de ces lignes n’a pas d’actions chez Adidas (ni droit à sa tenue de la savane en cadeau).
 

1. « Ça​ fait parler »

« Le T-Shirt me plaît, c’est le plus important. Tu as toujours des gens qui aiment, d’autres qui n’aiment pas. Le plus important, c’est que ça fasse parler », estimait Tsonga en conférence de presse. Philosophe. Et en accord avec l’objectif de la collection, comme exprimé par le communiqué de presse : « dérouter » et offrir aux joueurs « incontestablement l’un des looks les plus audacieux jamais vus sur les courts ». Certes.

 

2. La fashion police les juge « chics et graphiques »

Notre piètre expertise sur le terrain de la mode et l’urgence de cette enquête d’envergure nous contraint d’abord à consulter une blogueuse mode, Camille (« Camille over the Rainbow »), qui tranche d’emblée : le zèbre, c’est chic. « C’est super chic, par rapport au léopard, plus mainstream et vu et revu. Et ça reste un imprimé neutre, monochrome et simple, et le noir et blanc très graphique, c’est très actuel. Ça ne doit pas plaire aux gens qui sont assez conservateurs parce que ça s’éloigne trop des codes. C’est sans doute un peu trop mode… Et visuellement c’est très compliqué pour les yeux. » On lit ailleurs que 2014 était la grande année du motif zèbre, et qu’il faut quoi qu’il arrive «  l’éviter pour une réunion avec son patron ou une rencontre avec l’institutrice du petit dernier ». A priori, ça devrait aller pour Tsonga.

Les commandements de l'imprimé zèbre
Les commandements de l'imprimé zèbre - DR

3. Marie-Antoinette likes this

«Marie-Antoinette» de Sofia Coppola
«Marie-Antoinette» de Sofia Coppola - Sony Pictures Entertainment

Autre raison d’y croire : la tenue aurait fait grand plaisir à Marie-Antoinette, nous apprend l’historienne de la mode Audrey Patrizia Millet. « Marie-Antoinette a créé le zèbre, comme le léopard, qui a d’ailleurs été attribué ensuite aux prostituées, alors que c’était initialement une tenue de reine ! » Voyant que « les Nobles qui défilaient à Versailles avaient des habits de plus en plus somptueux, Rose Bertin, sa couturière, lui a fait porter des tenues de plus en plus dingues, dont ces imprimés que l’on ne savait pas techniquement réaliser avant le XVIIIe siècle. » Voilà pour l’origine, qui inspire à l’historienne un parallèle… « Une tenue pareille les starifie, les joueurs deviennent les rois du court… »

4. « Ça secoue le bourgeois »

Autre point pour le zèbre, marqué à nouveau par l’historienne : « Depuis la fin du XIXe siècle, la tenue de tennis recycle des imprimés blancs en tissus légers et coton : avec l’idée que dans ce sport très normé où rien ne dépasse du cadre, on doit acquérir une distinction sociale sans aucune distinction de motif ou de couleur. Le zèbre choque parce qu’il n’est pas aristo. Ça secoue le bourgeois habitué à son polo classique. » Toujours envie d’être de la ligue anti-rayures ?

5. Le moche, c’est très Roland

Si enfin on ne vous a pas convaincus, rappelez-vous qui a gagné Roland-Garros l’an dernier. Maintenant, visualisez la laideur de son short. Vous croyez que ça l’a empêché de renverser Djokovic ? CQFD. Si vous voulez que Tsonga et les autres aillent loin dans le tournoi, voyons donc ce que ça donne en laissant ces tenues royales faire le boulot.