Coupe Davis : Yannick Noah a hâte «d’être à ce putain de match, qu’on parle enfin de sport »

TENNIS Le capitaine de l’équipe de France a donné sa sélection pour la rencontre face au Canada, le premier week-end de mars…

J.L.

— 

Le nouveau capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis Yannick Noah, en conférence de presse, le 22 septembre 2015.
Le nouveau capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis Yannick Noah, en conférence de presse, le 22 septembre 2015. — SOLAL/SIPA

Avec son air de partir un peu dans tous les sens, Yannick Noah donne l’impression, parfois, de répondre à côté des questions. Mais il ne se trompe jamais sur les messages qu’il veut délivrer. A deux semaines de la rencontre de Coupe Davis face au Canada, il a arrosé un peu partout. Monfils, les journalistes, la com' des joueurs, la Guadeloupe, il y avait de quoi se faire un bon repas de midi.

En fait on n’a changé pour ne rien changer

C’est la première réflexion qui nous vient à l’esprit. Jarreter Clément pour prendre les quatre mêmes que d’habitude (Gasquet, Tsonga, Monfils, Simon et Roger-Vasselin en remplaçant), on ne peut pas dire que Noah a fait la révolution, même s’il aime nous parler de ses accès d’autorité robespierristes dans le passé. « J’ai pris des décisions plus spectaculaires que d’autres, à chaque fois bénéfique pour l’équipe. Je m’étais privé de mon numéro 1 et numéro 2, on a perdu, mais c’était une bonne chose pour l’état d’esprit du groupe ». Ben en attendant, ce sont les mêmes qui perdent et qui reviennent chaque année, même si Paire et Chardy, les deux à pouvoir amener de la concurrence, ont bien salopé leur début d’année.

Mais en fait tout est dans la préparation ne vous inquiétez pas

Quand on lui fait remarquer que choisir la terre battue pour jouer sur les faiblesses de l’adversaire ne nous a pas trop réussis dernièrement (remember les Etats-Unis de John Isner à Monte-Carlo), Noah répond PREPARATION. Sous entendu, avec lui les mecs arriveront gonflés à bloc sur le terrain. « Vous savez comment on s’est préparés contre les USA ? Avec dix jours, on aurait gagné, je n’en suis pas sûr, mais je pense ». « Il y aura 10 jours d’entraînement pour ceux qui arrivent le mercredi. Jo sera sur place le lundi. Certains sélectionneurs dans d’autres sports aimeraient avoir dix jours pour préparer leur équipe. C’est un vrai luxe, je suis très content. Je suis très excité d’être à mercredi prochain avec les gars, j’ai hâte d’être à ce putain de match, qu’on parle sport ». Nous aussi.

Monfils s’est fait recadrer

Difficile de savoir comment ça s’est passé dans le détail, mais Noah a fait comprendre que certains avaient déjà eu droit à un petit recadrage maison. On pense à Monfils, qui avait balancé en sortant de Melbourne que la Guadeloupe en mars, franchement, c’était une idée à la con. « Il n’a pas réalisé ce qu’il se passait. Il est généreux dans ses conférences de presse. J’ai pensé que c’était un état d’âme, ça ne correspondait pas à ce qu’il m’avait dit les semaines précédentes. Il est très motivé. Après Gaël c’est Gaël, j’espère qu’il comprendra qu’il n’a pas fait du bien à l’équipe ». Avant d’ajouter dans un sourire que si le garçon avait déclaré forfait à Marseille cette semaine, « c’est parce que la Coupe Davis était très importante pour lui ». C’est une manière pour « La Monfe » de se rattraper comme il peut où on ne s’y connaît pas.

Ah et puis au fait si la presse pouvait aider un peu, ce serait pas mal

Noah a répondu à tout, qu’il en soit remercié, mais on sent que le climat négatif autour de l’équipe commencer à lui courir sur le haricot. Le nouveau capitaine des Bleus a très envie qu’on arrête de le gonfler avec les déclas des uns et des autres et qu’on soit un peu patriotes quand même. « Je pense que la presse fait très bien son travail [sans ironie]. Je ne demande rien, mais j’ai envie qu’on fasse la fête ensemble. C’est ça que je recherche. Je pense que les médias peuvent m’aider. Ne serait-ce que dans le conditionnement du public. Je suis bien placé pour le savoir. Quand le spectateur attend le match, il lit. Et le joueur est reçu par rapport à ce qu’il a lu ». Désolé d’être un peu rabat-joie Yannick, c’est juste qu’on n’a pas réussi à se faire inviter en Guadeloupe, alors on est un peu jaloux. Mais on va faire ce qu’on peut, promis.