Roland-Garros: Djokovic peut-il perdre face à Wawrinka ?

TENNIS Le Serbe est le grandissime favori de la finale…

A Roland-Garros, Nicolas Camus

— 

Djokovic semble imbattable avec la finale de Roland-Garros contre Wawrinka.
Djokovic semble imbattable avec la finale de Roland-Garros contre Wawrinka. — BPI/REX Shutterstock/SIPA

Merci Andy ! Oui, merci à Andy Murray, parce que lorsqu’on a commencé à réfléchir pendant cette quinzaine à ce qui pourrait faire que Novak Djokovic ne soulève pas le trophée, la colonne des « contres » est longtemps restée vide. Même Rafael Nadal n’a pas daigné donner un coup de main. Et puis est venue cette demi-finale, où l’Ecossais, le temps d’un set et demi réparti sur deux jours, a fait tousser la machine serbe.

Oh, bien sûr, Djokovic n’a jamais paru complètement sous l’eau non plus, et il a collé un bon petit 6-1 à l’impétueux pour finir le match, samedi. Mais à ce niveau, il faut bien se raccrocher aux détails. L’agacement du numéro 1 mondial quand Murray s’est mis en mode muraille ou les fautes qu’il a commencé à commettre quand il a été obligé de jouer toujours le coup de plus en sont quelques-uns.

Sa demande d’interruption médicale pour aller faire soigner sa jambe entre le troisième et le quatrième set, vendredi, en est un autre, comme le fait d’avoir dû jouer samedi. « Le match n’a pas été facile, c’est certain, mais je crois que je suis prêt pour la finale, a temporisé le Serbe. Quelles que soient les forces qui me restent, elles s’exprimeront demain [dimanche] sur le terrain et j’espère que cela suffira. » Quand même, ce ne sont peut-être que des impressions, mais il paraît un poil moins souverain en cette fin de tournoi. L’odeur d’un premier sacre à Paris sans doute.

 

Un autre « détail » est également à prendre en compte. Un détail de trois fois rien qui vient de Suisse, mesure 1,83m pour 81 kg et qui, quand il a décidé que c’était son jour, frappe la balle comme pas deux sur le circuit. Ce Stan Wawrinka a des armes pour vraiment embêter Djokovic.

Ce n’est pas nous qui le disons, mais un joueur au sens de l’analyse plutôt aiguisé, à savoir Gilles Simon. « Wawrinka, quand il est en confiance - et ça lui arrive souvent - c’est très fort. C’est un des rares joueurs qui a déjà surclassé Novak sur des passages entiers, alors que personne ne fait cela ! », disait le futur ex-numéro 1 Français (Tsonga va lui repasse devant après Roland) après s’être fait balader par le grand Stan en 8e de finale.

« Stan est capable de faire de belles choses, il en a déjà fait »

Victime lui aussi du Suisse, Jo-Wilfried Tsonga ne juge pas l’exploit irréalisable. « Pourquoi pas ! Novak reste le joueur qui a tout gagné depuis le début de l’année, sa domination est incontestable et incontestée. Mais Stan est capable de faire de belles choses, il en a déjà fait », dit Jo. Il est vrai que Wawrinka a au moins pour lui d’avoir remporté la seule finale de tournoi majeur qu’il ait disputé. C’était lors de l’Open d’Australie, en 2014, face au numéro 1 mondial de l’époque, Rafael Nadal. Sa victoire en un peu plus de deux heures avait fait sensation.

Reste que quand on parle de Djokovic, il ne faut pas oublier que le bonhomme n’a perdu que deux matchs (pour 42 victoires) en 2015. L’un face à Karlovic à Doha tout début janvier, alors que les bulles de réveillon n’étaient pas tout à fait digérées, l’autre face à un grand Federer à Dubai en février.

>> Comment Djokovic est devenu le maître du monde (en anglais)

Et puis c’est tout. Certains ont essayé, mais ils ont eu des problèmes. Même malmené, Djokovic parvient toujours à reprendre l’ascendant. « Au début de sa carrière, il ne le faisait pas, alors que maintenant, il le fait très bien à la fois physiquement et mentalement », note Murray. « Il ne faut pas non se dire toute la journée qu’il est injouable, sinon ce n’est pas la peine », avait pour sa part dit Gasquet avant de l’affronter en 8e. Parfois, ça ne doit pas être simple quand même.