Roland-Garros: Sifflé par le public du Central, Stan Wawrinka ne pense pourtant «pas être un gars méchant»

TENNIS Le Suisse aimerait bien faire la paix avec le public français…

B.V.

— 

Tsonga et wawrinka avant la demi-finale d eroland-Garros, le 5 juin 2015
Tsonga et wawrinka avant la demi-finale d eroland-Garros, le 5 juin 2015 — Francois Mori/AP/SIPA

Cette histoire commence à dater mais lui colle toujours au basque comme un chewing-gum aux cheveux de votre petite sœur quand vous étiez petits. Après la Coupe Davis gagnée par la Suisse, Stan Wawrinka avait gentiment chambré les Français, leur reprochant entre autres d’en avoir trop fait pour monter en régime avant les matchs. Résultat ? Le public français a gardé une certaine rancœur vis-à-vis du Vaudois et a fini par le siffler vendredi soir après la demi-finale gagnée contre Jo-Wilfried Tsonga. Après quatre heures de combat sous 35°, fallait oser.

>> Roland-Garros : Le match Tsonga-Wawrinka gâché par l’horrible public du Central

« J’ai peut-être dit des choses qui sont allées trop loin »

Mais bref, Stan veut faire la paix. « J’ai déjà été sifflé contre Gilles Simon sur le Lenglen [en huitièmes] et bien plus fort. J’ai l’impression que ce qui s’est passé en Coupe Davis… Bon, j’ai peut-être dit des choses qui sont allées trop loin, il y a eu du chambrage mais je n’ai pas cherché à blesser. J’ai l’impression qu’ils ne retiennent que ce que j’ai dit et pas ce qu’on dit les joueurs français avant. Avec Jo, on n’a aucun problème, on s’entraîne souvent ensemble. Je suis le premier déçu pour lui, même si je suis évidemment content d’être passé. Il n’y a pas d’amertume entre nous. »

Va pour la remise à plat. Mais est-ce que ça l’a vexé qu’une bande d’excités l’allume alors qu’il a réalisé l’une des plus belles performances de sa vie ? « Personne n’aime être sifflé, souffle-t-il. Surtout que je pense pas être un gars méchant, je ne cherche pas les emmerdes… » T’as quand même éliminé un Français, Stan…