Affaire Laporte: «Tout ça va faire pschitt…», Mohed Altrad serein dans la tempête

RUGBY Le président du club de Montpellier, dont les liens avec Bernard Laporte font polémique, s'est exprimé en conférence de presse dimanche matin...

N.C.

— 

Bernard Laporte et Mohed Altrad, lors du match entre  Montpellier et Toulouse le 19 février 2017.
Bernard Laporte et Mohed Altrad, lors du match entre Montpellier et Toulouse le 19 février 2017. — Franck PENNANT / AFP

Serein comme tout, Mohed Altrad. Le président du Montpellier Hérault Rugby s’est exprimé dimanche matin en conférence de presse sur l’affaire Bernard Laporte, dans laquelle son nom apparaît. Les deux hommes ont été en affaire, et le président de la FFR est soupçonné d’avoir fait pression sur la commission de discipline pour qu’elle réduise des sanctions à l’égard du MHR.

« On attend le résultat de la commission de l’inspection, a répondu Mohed Altrad, dans des propos relayés par le site rugbyrama. Je rappelle que c’est l’affaire Laporte. Je ne suis que dans le sillage de cette affaire, en temps qu’entreprise qui a cherché à travailler avec Bernard Laporte. Je ne vois pas de mal sur le plan juridique. Après on vous explique le plan éthique, moral. C’est à chacun de faire sa définition. »

>> A lire aussi: BTP, gros sabots et pied au plancher, Mohed Altrad, le businessman qui a mis le feu au rugby français

Interrogé sur les attaques dont il a été l’objet de la part de certains présidents de clubs de Top 14 - le syndicat des clubs, notamment, avait dénoncé un « conflit d’intérêts » entre Altrad et Laporte - l’homme d’affaires a fait comprendre qu’il n’y portait aucun intérêt, ajoutant qu’il avait le soutien de tout le monde dans sa ville.

« Je ne suis pas isolé. J’ai un public, une ville derrière moi, une population acquise à ma cause, a-t-il assuré. Je joue mon rôle, j’ai mes méthodes, mes moyens, ma façon de faire, je poursuis mon truc. Je suis déterminé. Tout ça va faire pschitt… » «Déterminé», «serein», Bernard Laporte avait utilisé les mêmes mots le week-end dernier lors d'un discours aux clubs amateurs.