Racing-Stade Français: Et si Jacky Lorenzetti abandonnait le projet de fusion ?

RUGBY Entre la grève, la fronde, les jugements, le président du Racing 92 est lassé et pourrait revenir en arrière...

B.V.

— 

Thomas Savare et Jacky Lorenzetti, le 13 mars 2017
Thomas Savare et Jacky Lorenzetti, le 13 mars 2017 — THOMAS SAMSON / AFP

Et si toutes ces protestations n’étaient pas pour rien ? Selon l’Equipe de dimanche, le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti serait prêt à abandonner le projet de fusion avec le Stade Français, lassé des critiques et réticences. Lui qui pensait qu’après le choc de l’annonce tout finirait par se tasser vit assez mal cette situation, «  au point qu’il considèrerait la réunion lundi à la Ligue, à 18 heures, comme celle de la dernière chance » pour la fusion, précise le quotidien sportif.

>> A lire aussi : Sondage: Les amateurs de rugby sont majoritairement contre la fusion Racing - Stade Français

Critiquée par certains joueurs et supporters du Racing, démontée par l’ensemble de la famille du Stade Français, vilipendée par la maire de Paris, le sécrétaire d’Etat aux Sports et tout le monde du rugby, cette fusion risque d’être un beau bordel à mettre en place. Si bien que Jacky Lorenzetti semble donc envisager de tout faire capoter avant qu’il ne soit trop tard, surtout que les joueurs du Stade Français, actuellement en grève, n’ont pas prévu de lâcher le piquet tout de suite.

Reste qu’en cas de retrait de Lorenzetti, une solution doit être trouvée pour sauver le Stade Français. Le président Thomas Savare va très probablement partir, à condition que de nouveaux investisseurs - qui ne soient donc pas le propriétaire du club rival - soient  trouvés. Bref, c’est pas encore terminé.