FFR: Ouf! A priori, Guy Novès va rester à la tête du XV de France

RUGBY L'élection de Bernard Laporte ne devrait pas remettre en cause le mandat de sélectionneur...

20 Minutes avec AFP

— 

Guy Novès lors de France-Ecosse le 13 mars 2016 au Stade de France.
Guy Novès lors de France-Ecosse le 13 mars 2016 au Stade de France. — SIPANY/SIPA

Le nouveau vice-président de la Fédération française de rugby (FFR) Serge Simon et le sélectionneur du XV de France Guy Novès ont discuté lundi d'un «avenir en commun», a assuré le bras droit de Bernard Laporte.

Réunis pour un déjeuner à Marcoussis, première rencontre officielle entre l'équipe du nouveau président de la FFR et le staff des Bleus, Simon et Novès ont «parlé d'un avenir, d'un avenir en commun bien sûr», a indiqué Simon en assurant que cela s'était «très bien passé», dans une vidéo mise en ligne sur sa page Facebook.

«Un avenir en bleu blanc rouge qui s'annonce tout rose (...) On aborde le Tournoi en pleine confiance avec toute la fédération au soutien du staff de l'équipe de France piloté par Guy Novès», a-t-il ajouté.

«Un outil de promotion et de valorisation»

Les deux hommes ont évoqué «notamment l'exigence de performances de Guy et de son staff et la vision portée par Bernard Laporte où il y a évidemment cette exigence de performances mais aussi une vision du rôle de cette équipe de France comme outil de promotion et de valorisation», a poursuivi Serge Simon.

Comme promis pendant la campagne de Laporte, le XV de France s'arrêtera sur le chemin des tournées d'été dans les territoires d'outre-mer et fera donc un «stop à Mayotte et à la Réunion», avant de se rendre en Afrique du Sud en juin, «une idée partagée avec Guy», a détaillé Simon.

>> A lire aussi : FFR: Bernard Laporte va pouvoir enterrer le Grand Stade sans pénalité financière

Avant son élection début décembre, Bernard Laporte, dont les relation avec Novès sont présumées difficiles, avait toutefois assuré que le sélectionneur resterait «aux commandes du XV de France» s'il était élu.

Novès avait lui laissé planer le doute sur son avenir si jamais Pierre Camou, président sortant qui l'avait choisi et dont il n'a jamais hésité à saluer le travail devant la presse, était battu. «J'écouterai alors ce qu'on aura à me dire», avait-t-il déclaré, soulignant qu'il n'exprimait «(son) potentiel que lorsqu'(il a) une grande liberté».

Novès avait notamment obtenu avec Pierre Camou la mise en place d'une convention entre la FFR et les clubs qui lui a permis de dresser une liste de joueurs protégés avec lesquels il souhaite bâtir son projet de jeu.