XV de France: Pour le président de la Fédération, la Coupe du monde est « un échec total »

RUGBY Pierre Camou veut revoir toute l'organisation de la Fédération...

20 Minutes avec AFP

— 

Le capitaine du XV de France Thierry Dusautoir plaque l'ailier de la Nouvelle-Zélande Julian Savea lors du quart de finale de Coupe du monde de rugby à Cardiff (pays de Galles), le 17 octobre 2015.
Le capitaine du XV de France Thierry Dusautoir plaque l'ailier de la Nouvelle-Zélande Julian Savea lors du quart de finale de Coupe du monde de rugby à Cardiff (pays de Galles), le 17 octobre 2015. — Christophe Ena/AP/SIPA

Le XV de France a essuyé « un échec total » en Coupe du monde, a déclaré lundi à l'AFP le président de la Fédération française de rugby (FFR) Pierre Camou qui se dit « prêt » à envisager des contrats fédéraux pour les meilleurs joueurs.

A lire aussi >> Comment le rugby français en est-il arrivé là ?

« On s'était fixé des objectifs importants, donc cette défaite est un échec total », a souligné M. Camou, au surlendemain de la déroute face aux All Blacks en quarts de finale (62-13). Convenant qu'il fallait «trouver un autre système» pour préserver les meilleurs joueurs français, M. Camou a assuré être «prêt à tout», y compris établir des contrats fédéraux.

« Il faut bien le reconnaître. Nous sommes dans un moment difficile, ce serait stupide de le nier », a poursuivi M. Camou, dans un entretien téléphonique depuis Londres. « Je suis le premier à le reconnaître et j'en prends, en tant que président de le Fédération, la responsabilité absolue », a ajouté le président de la FFR.

Un bureau fédéral extraordinaire jeudi

Le XV de France dirigé par le sélectionneur Philippe Saint-André a connu quatre années de déclin et a logiquement été éliminé par les champions du monde en titre à Cardiff. C'est la première fois depuis 1991 que les Bleus sortent aussi tôt de la compétition et depuis samedi soir, les acteurs du rugby français s'interrogent sur la réponse à donner.

« J'ai convoqué un bureau fédéral extraordinaire jeudi matin à Paris, avec comme seul ordre du jour cette Coupe du monde », a indiqué M. Camou. « J'attends que tout le monde s'exprime librement, fasse les constats, donne son regard et ait du courage .» M. Camou, président depuis 2007 de la FFR, a convenu que l'organisation du rugby français devait être revue. « J'espère que tout le monde va prendre conscience que dans l'intérêt du rugby, le XV de France doit être au centre de notre organisation », a-t-il plaidé, en appelant à «a ller beaucoup, beaucoup plus loin » dans la protection des meilleurs joueurs français, très sollicités entre leurs échéances en club et en sélection.

« Il faut trouver un autre système », a-t-il reconnu, évoquant la piste des contrats fédéraux, qui permettraient à la FFR d'employer totalement ou partiellement certains des éléments les plus précieux, afin de contrôler davantage leur temps de jeu. «Je suis prêt à tout», a assuré M. Camou à ce sujet. Interrogé sur les moyens dont disposerait la FFR pour financer ces contrats, M. Camou a reconnu que « le problème est bien là ».