Jo-Wilfried Tsonga en conférence de presse à Roland-Garros le 28 mai 2016.
Jo-Wilfried Tsonga en conférence de presse à Roland-Garros le 28 mai 2016. — Cyrille CADET / AFP

TENNIS

Roland-Garros: Contraint d’abandonner, Tsonga «relativise» et évoque le drame au Parc Monceau

Tsonga a dû abandonner le tournoi ce vendredi…

Il avait quitté le court en pleurs, la tête cachée sous une serviette avec laquelle il essuyait ses larmes. Contraint d’abandonner ce samedi son match face à Ernests Gublis à cause de sa blessure aux adducteurs, la même qui l’avait obligé à être forfait à Rome, Tsonga réussissait à décrocher un ou deux sourires samedi en conférence de presse, mais sans cacher sa déception, évidemment grande.

«Des choses bien plus graves»

«Roland-Garros reste une des principales raisons pour lesquelles je me bats tous les jours. On met tout en œuvre pour être prêt ce jour-là. Alors je n’ai pas de filtres et les émotions sortent comme ça», a t-il commenté pour expliquer ses larmes à sa sortie du court. 

«Il y a des choses bien plus graves», a-t-il alors poursuivi, avant de citer, comme il venait de le faire quelques minutes plus tôt sur la terrasse de France Télévisions, l'accident survenu samedi au Parc Monceau, où onze personnes dont huit enfants ont été frappés par la foudre. Sans qu'on comprenne, on doit bien le reconnaître, où était le rapport. «On a eu aujourd’hui une très mauvaise nouvelle au parc Monceau. Ça m’aide à relativiser, à me dire que ce n’est pas l’essentiel. Je vais donc retrouver l’essentiel, ma famille, mes amis, et on va surmonter ça.»

Pourquoi Tsonga peut vraiment avoir les boules

Le Français attend désormais d’en savoir plus sur sa blessure, dont il ne connaîtra pas la gravité avant quelques jours: «Je sais que j’ai étiré des fibres, mais je ne sais pas si c’est une élongation, une déchirure, et je n’ai aucune idée du temps qu’il va me falloir pour récupérer». En perdant subitement son principal favori, le public français va devoir, lui aussi, tranquillement se remettre.