Roland-Garros: Serena Williams, elle en aurait pas fait des tonnes avec sa grippe?

TENNIS Quasi agonisante entre chaque point à cause d’une grippe, l’Américaine a collé un 6-0 à Timea Bacsinszky pour rejoindre la finale de Roland-Garros…

B.V.

— 

Serena Williams face à Timea Bascinszky, le 4 juin 2015
Serena Williams face à Timea Bascinszky, le 4 juin 2015 — SIPA

Voilà donc que Serena Williams pourrait remporter samedi en finale son quatrième Roland-Garros. Une performance remarquable pour la meilleure joueuse de l’histoire, c’est une évidence. Surtout quand on sait que la championne américaine a remporté sa demie malgré une sale grippe. Mise en difficulté par Timea Bacsinszky, visiblement fatiguée, Serena a quand même gagné 6-0 au troisième set.

 

Et cela, après avoir semblé mourante pendant à peu près toute la rencontre. Entre chaque point, gagné ou perdu, la joueuse regagnait sa ligne de fond presque en titubant, agonisante, histoire de bien de montrer à quel point elle était diminuée. Et la balle d’après, elle servait autour des 200 km/h et allait chercher des amortis en sprintant. A force, son attitude a fini par agacer. Ce n’est pas vraiment une surprise d’ailleurs si la première question posée en conférence de presse à Timea Bacsinszky lui demandait si c’était difficile de jouer face à un adversaire se comportant de la sorte.

 

Forcément, la jeune suissesse, un peu timide et trop bien élevée, a évacué. Il serait bien imprudent d’attaquer frontalement la patronne du circuit. « Je ne regarde pas comment mon adversaire joue, explique Bacsinszky. C’est la seule à savoir comment elle se sentait. Je savais avant le match que ce serait dur. Elle a été la meilleure aujourd’hui. Elle a bien joué car je ne pense pas avoir été nulle. »

« Je n’ai pas pris ça pour quelque chose de mesquin »

On n’aura pas mieux à la cinquième relance. « Je ne me suis jamais dit que c’était quelque chose qu’elle faisait exprès pour me déstabiliser. En tout cas, je ne l’ai pas pris comme ça, pour quelque chose de mesquin. Elle a justement un énorme mérite d’avoir trouvé les solutions contre une petite suissesse qui s’est quand même bien donné aujourd’hui. Que ce soit théàtral ou pas ça fait partie du jeu, et les arbitres sont là pour evaluer si les choses sont fair-play ou pas ».

 

Evidemment, on aurait adoré poser la question à la principale intéressée. Mais comme sa sœur en début de tournoi, Serena a zappé la conférence de presse, laissant quatre ligne de communiqué de presse (voir en dessous) et son coach Patrick Mouratoglu s’occuper de la com’: «Serena est grippée depuis plusieurs jours, elle peut à peine marcher dans l’appartement », explique-t-il. Et son attitude sur le court ? « Essayez de jouer avec la grippe… ». Si ça nous permet de servir à 200, on va essayer.

L’intégralité de son communiqué de presse :

Je suis désolé de ne avoir pu me présenter devant la presse ce soir. Je ne me sens vraiment pas bien depuis quelques jours, et après ce match très dur contre Timea, je devais voir le doc du tournoi. Je suis très fière de revenir en finale ici, dans une ville qui compte autant pour moi. Et je suis déterminé pour être prête à 100 % samedi contre Lucie (Safarova).