Roland-Garros: Qualifié pour les demies, Tsonga «ne [se] met jamais de barrière»

TENNIS Le Français affrontera Wawrinka, vendredi, pour une place en finale...

A Roland-Garros, Nicolas Camus

— 

Jo-Wilfried Tsonga fête sa victoire en quart de finale de Roland-Garros contre Nishikori, le 2 juin 2013.
Jo-Wilfried Tsonga fête sa victoire en quart de finale de Roland-Garros contre Nishikori, le 2 juin 2013. — DOMINIQUE FAGET / AFP

Il a failli tout plaquer, et puis il s’est dit que c’était trop dommage. Alors qu’il était en train de mater Kei Nishikori, numéro 5 mondial, mardi, en quart de finale, Jo-Wilfried Tsonga a été interrompu dans son entreprise de destruction massive par une plaque d’alu tombée sur des spectateurs dans un coin du court Philippe-Chatrier.

Alors qu’il menait 6-1, 5-2 et qu’il se dirigeait tranquillement vers le dernier carré, le Français a dû gérer un arrêt de plus d’une demi-heure. Et ça a tout changé. « Kei a eu la possibilité de parler avec ses entraîneurs, explique-t-il. Il ne trouvait pas les solutions tout seul dans les deux premiers sets. Mais ils ont pu mettre quelque chose en place, je l’ai senti sur le court. Il est revenu avec des intentions différentes. »

Le match à revivre en direct

Si Tsonga a tout de même pu - difficilement - s’adjuger la deuxième manche, la suite a en effet été très compliquée. Le Japonais est revenu à deux manches partout, obligeant le grand Jo à faire une nouvelle fois preuve d’un gros mental. « Des fois, on perd le fil. L’important est de savoir combien de temps. Si c’est trop longtemps, tu perds le match. Là, j’ai réussi à ne pas trop me frustrer pour ne pas sombrer. J’ai relevé la tête », apprécie-t-il. En s’appuyant sur son gros service, il a serré le jeu dans la cinquième manche pour finalement l’emporter à la nuit tombée.

Et maintenant, pour la sixième demi-finale de sa carrière en grand chelem, il s’en va défier Stan Wawrinka, vainqueur de son duel fratricide contre Federer. Même pas peur. « De toute façon, il n’y a plus grand-chose qui puisse m’arriver, clame-t-il. Je suis en demi-finale ici, encore contre un joueur mieux classé, qui joue mieux ces derniers temps. Je joue pour ça, pour aller voir ce que je suis capable de faire. Je ne me mets jamais de barrière en termes de résultats. Je vais me concentrer sur ce que je sais faire, comme d’habitude. » Il est vrai que ça fonctionne plutôt bien.

Le « Roland je t’aime » écrit par Tsonga après sa victoire raillé sur Twitter