VIDEO. Avant Nadal-Djokovic, le Top 9 des finales avant l’heure

TENNIS L’histoire du sport regorge de ces matchs arrivés trop tôt dans une compétition…

B.V.
— 
Rafael Nadal célèbre sa qualification pour la finale de Roland-Garros après sa victoire sur Novak Djokovic, le 7 juin 2013.
Rafael Nadal célèbre sa qualification pour la finale de Roland-Garros après sa victoire sur Novak Djokovic, le 7 juin 2013. — PATRICK KOVARIK / AFP

Foutu tirage au sort. Au fil des années, il a saccagé des affiches d’un tel prestige qu’elles ne méritaient pas d’avoir lieu avant la finale. Comme ce Nadal-Djokovic en quarts de finale de Roland-Garros, ce mercredi, réédition de la dernière finale du Grand Chelem français et affrontement entre les deux meilleurs joueurs du monde sur terre. 20 Minutes a fouillé dans les archives pour vous trouver neuf exemples similaires, tous sports confondus. La consigne : deux équipes (joueurs) favori (te) s, un grand match, et le vainqueur remporte facilement la compétition au bout.

Roland-Garros : Novak Djokovic n’en ferait-il pas un peu trop avec son histoire de gluten ?

9. RFA-Belgique, demi-finale de l’Euro 1972, foot

Le pays hôte contre la meilleure équipe du monde. L’Allemagne a sublimement remporté son quart de finale face à l’Angleterre pendant que la Belgique sortait l’Italie. Le tirage au sort (effectué après les quarts) oppose les Diables Rouges de Van Himst à la bande de Beckenbauer. Le bombardier Gerd Müller marque deux fois, la RFA file en finale (2-1) et explose l’Union Soviétique (3-0).



8. Federer-Agassi, quarts de finale de l’US Open 2004, tennis

Il est le n°1 mondial. L’autre est l’idole du pays. Roger Federer affronte Andre Agassi sous le soleil de plomb de Flushing Meadows dans un Center Court à fond derrière le vétéran américain. Au bout de cinq sets tendus (6-3, 2-6, 7-5, 3-6, 6-3), le Suisse s’impose et file vers la victoire. Ne lui reste plus qu’à expédier Tim Henman en demi et Lleyton Hewitt en finale. L’année suivante, cette affiche Federer-Agassi sera cette fois la finale.



7. Milan – Real Madrid, demi-finale de Ligue des champions 1989, foot

Celle qui était encore la Coupe des clubs champions ne s’était pas encore offerte à Marseille cette année-là, mais le « Grand Milan » de Baresi, Van Basten, Gullit ou Maldini impressionnait déjà l’Europe. Opposé au Real Madrid de Butragueno (alors que l’autre demi-finale se jouait entre Galatasaray et le Steaua Bucarest…), il le prouve en s’imposant 5-0 à domicile au match retour dans une rencontre attendue par tout le continent, avec entre autres une frappe de 30 mètres de Carlo Ancelotti. En finale, le Steaua est une vulgaire formalité (4-0) pour Milan.



6. Etats-Unis - Lituanie, demi-finale des Jeux olympiques 2000, basket

L’un des matchs les plus attendus de l’histoire du basket international. Grandissime favori des JO 2000, la Team USA rencontre la seule équipe capable de la faire tomber, la Lituanie. Quelques minutes avant, la France avait réalisé (un peu dans l’anonymat) le plus grand exploit de son histoire dans l’autre demie. Mis sous pression par un Jasikevicius totalement fou, les Américains ne s’imposent qu’au bout d’un match irrespirable. « la plus grande soirée de basket que j’ai jamais vue ou commentée de ma longue vie », s’exclame alors le génial commentateur de Canal + George Eddy.

https ://www.youtube.com/watch?t=4087&v=8Zi2F-Wj6HY

5. Federer-Nadal, demi-finale de Roland-Garros 2005, tennis

Le n°1 mondial Roger Federer, vainqueur l’année précédente de Wimbledon et de l’US Open, s’avance comme le favori de ce Roland-Garros 2005. Enfin, jusqu’à ce qu’un gamin de 18 ans se mette à gagner tous les tournois sur terre précédant le Grand Chelem français. Remake de la finale du Masters 1000 de Miami quelques semaines plus tôt, cette demi de Roland entre Nadal et Federer désignera le futur vainqueur du tournoi, c’est une évidence, surtout quand l’autre demi-finale oppose Mariano Puerta à Nikolay Davydenko. D’ailleurs Rafael Nadal, finalement vainqueur de son duel face à Federer, dégommera deux jours plus tard Mariano Puerta en finale.



4. France-Croatie, Jeux olympiques 2008, handball

Les deux meilleures nations du monde depuis le début des années 2000 se retrouvent en demi-finale des JO de Pékin. Le match est tendu – comme le sont en général les France-Croatie – et la bande à Karabatic s’en sort face à celle d’Ivano Balic. En finale, les Bleus déroulent face à l’Islande et sont champions olympiques pour la première fois de l’histoire des sports collectifs français.



3. Barça-Real, demi-finale de Ligue des champions 2011, foot

Les supporters rêvaient d’un classico en finale de la Ligue des champions, mais le tirage au sort oblige le Real de Ronaldo (et Mourinho) à affronter le Barça de Messi (et Guardiola) dès les demi-finales. Monstrueux en quarts contre Donetsk et Tottenham, les deux superpuissances laissent Schalke 04 et Manchester United se jouer l’autre place en finale tranquillement dans l’autre partie de tableau. Beaucoup trop fort pour la défense Madrilène, Messi glace Bernabeu et offre la finale au Barça. Qui gagnera pépère contre Manchester United (3-1).



2. France-Espagne, demi-finale de l’Euro 2013, basket

La revanche de la revanche de la revanche. Même si l’équipe d’Espagne a laissé quelques-unes de ses stars à la maison, la demi-finale face à la France s’annonce comme le match du tournoi entre les deux meilleures équipes européennes et surtout, deux ennemis intimes. Battue – et un peu humiliée aux JO 2012 –, la France s’impose finalement en prolongations après avoir secouée tout le match (vous vous souvenez du discours de Tony Parker à la mi-temps ?). Derrière, elle s’offre le titre en massacrant la Lituanie.



1. Nadal-Djokovic (déjà), demi-finale de Roland-Garros 2013, tennis

Maudit public de Roland-Garros ! Impatient qu’il était de voir la demi-finale de Jo-Wilfried Tsonga, finalement expédié par David Ferrer, il a longtemps souhaité la fin d’un aussi interminable que sublime Nadal-Djokovic, programmé juste avant. Et il n’a pas compris que se jouait, devant ses yeux, l’un des plus beaux matchs de l’histoire entre les deux meilleurs joueurs du monde à ce moment-là. 4h37 d’une bataille épique sous un soleil de plomb plus tard, Nadal se qualifie pour la finale et il s’offrira David Ferrer sans trembler. Un avant-goût de ce qui nous attend ce mercredi.