«Happy end»: Finalement, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes entre Ben Arfa et le PSG

FOOTBALL Pour Hatem Ben Arfa, la situation semble résolue...

William Pereira

— 

On aime quand Hatem est heureux
On aime quand Hatem est heureux — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

On ne comprend pas très bien comment on est passés de « Ben Arfa ne partira que si une offre d’un potentiel vainqueur de Ligue des champions nous parvient ou si le PSG lui avance ses six derniers mois de salaire » à « en fait, ça va mieux, j’ai rien dit », mais pourquoi pas. Il semblerait que ce soit la fin du litige entre les deux parties, qui étaient réunies mardi après-midi devant la commission juridique de la LFP.

Cité par le quotidien L’Equipe, le joueur parisien est apparu très content au sortir de cette réunion cruciale et que l’on imaginait plutôt tendue.

C’était super. Les gens de la Ligue nous ont très bien reçus dans une bonne ambiance. On était dans une démarche d’apaisement, donc c’était très positif pour les deux camps. Je recherche l’apaisement avec le PSG donc je suis vraiment content de cette entrevue. »

L’avocat de HBA explique le pourquoi de cette détente entre les deux parties. « Hatem a dit que depuis le 17 octobre, sa situation s’était normalisée et qu’il espérait que cela perdure ainsi. Même s’il ne joue pas les matchs mais que l’on respecte ses conditions d’entraînement, Hatem s’en satisfait », a-t-il déclaré.

Maxwell a témoigné au nom de la direction parisienne

D’autre part, l’ancien latéral gauche et désormais dirigeant du PSG, Maxwell, est intervenu par téléphone pendant cette réunion afin de prendre position au nom du club. Le Brésilien a expliqué qu’aucune mesure discriminatoire n’avait été prise à l’encontre de Ben Arfa, qu’il s’agissait là d’un choix d’Unai Emery et que le milieu offensif parisien était bien traité. En contrepartie, il a fait savoir que HBA avait eu un comportement exemplaire sur toute la période.

Selon L’Equipe, la commission juridique de la Ligue a pris acte de la position des deux camps et le dossier est désormais clos. Enfin, on a envie de dire.