PSG-Chelsea : Serge Aurier «s’est pénalisé de lui-même», enfonce Laurent Blanc

FOOTBALL L’entraîneur parisien ne s’est pas caché sur le cas Aurier, après les insultes à son encontre proférées par le latéral lors d'une vidéo…

Julien Laloye

— 

Laurent Blanc, lors de la conférence de presse précédant PSG-Chelsea, en pleine affaire Aurier, le 15 février 2016.
Laurent Blanc, lors de la conférence de presse précédant PSG-Chelsea, en pleine affaire Aurier, le 15 février 2016. — AFP

Il y avait une petite dizaine de caméras de plus que d’habitude, à tout casser. Ah, et aussi un car de journalistes (?) japonais qui devaient chercher les Galeries Lafayette, mais il n’y a sans doute aucun rapport avec la suite. Tous étaient présents au Parc des Princes pour parler foot, un peu, et Aurier, beaucoup. Ça n’a pas manqué, le PSG a tenté d’endiguer les envies de la foule en chair fraîche avant le début de la bataille. « Seul Laurent Blanc répondra à UNE question sur Serge Aurier », prévenait l’un des attachés de presse du club. Après recomptage amateur, on a listé six tentatives plus ou moins couronnées de succès : la France peut être fière de son « cinquième » pouvoir (n’ayons pas peur des mots).

>> La conférence de presse de Laurent Blanc à revivre en direct comme-à-la-maison

La première ? Une petite filouterie adressée à Marco Verratti : « Est-ce que l’équipe a préparé le match dans les meilleures conditions malgré tout ? » Lol. Marco a fait le mec qui ne saisit pas le sous-entendu et répondu à côté. Blanc, lui, ne s’est pas défilé. « Comment j’ai pris les propos d’Aurier ? Très mal. Ce garçon il y a deux ans, je me suis engagé vis-à-vis de ma direction pour le faire venir à Paris. Vu ce que j’ai vu dimanche en me levant, le remerciement que j’ai, c’est ça, je trouve ça pitoyable. Je n’en dirai pas plus, on est là pour parler de Chelsea. »

Il en a dit plus, évidemment, au fur et à mesure des retours à la charge fourbes des collègues, et sans qu’on le force beaucoup. « Serge s’est pénalisé de lui-même. Ce que je n’admets pas, c’est que c’est pénalisant pour le club. J’ai côtoyé cette nouvelle génération, il y a beaucoup de personnes parmi elles qui passent leur temps à s’excuser [On pense à toi Samir, on pense à toi Hatem], il faut réfléchir d’abord à ce que l’on fait avant de s’excuser ».

On peut interpréter ça de dix mille manières différentes, mais il y a plus que de la déception et de l’indignation programmée. L’entraîneur parisien n’a pas donné le sentiment de laisser la porte ouverte, même vaguement, à un retour d’Aurier dans le groupe, un jour. « Le club a pris des décisions, si le club en prend de nouvelles, vous le saurez. Si Serge a un problème avec moi, je ne me servirai pas de vous pour le régler. » Dernière couche avant de partir s’entraîner au Camp des Loges, pour être sûr. « On n’avait aucune raison de penser qu’on pouvait se retrouver dans cette situation, admet Laurent Blanc. Vous en avez fait beaucoup. Il y en a un qui s’est mis hors-jeu tout seul, tant pis pour lui ». Et tant mieux pour Marquinhos.