PSG: Nasser Al-Khelaifi en a marre du public «un peu trop calme» du Parc des Princes

FOOTBALL Le président du PSG a été très incisif dans une interview donnée au «Figaro»...  

B.V.

— 

Paris Saint-Germain's Qatari president Nasser Al-Khelaifi wand Cyril Hanouna attend the French L1 football match between PSG and Olympique Lyonnais at the Parc des Princes in Paris, FRANCE-13/12/2015.
 
/NIVIERE_0050NIV/Credit:NIVIERE/SIPA/1512140209
Paris Saint-Germain's Qatari president Nasser Al-Khelaifi wand Cyril Hanouna attend the French L1 football match between PSG and Olympique Lyonnais at the Parc des Princes in Paris, FRANCE-13/12/2015. /NIVIERE_0050NIV/Credit:NIVIERE/SIPA/1512140209 — NIVIERE/SIPA

C’est un Nasser Al-Khelaïfi offensif qui s’est confié au Figaro. Dans un entretien à paraître samedi et dont le quotidien a proposé quelques extraits en ligne, le président du PSG attaque frontalement Adrien Rabiot et le public du Parc des Princes.

Commençons par le jeune milieu de terrain, qui avait récemment exprimé ses envies de partir en prêt cet hiver si son temps de jeu venait à se réduire, alors qu’il a joué à peu près tous les matchs depuis trois mois. La réponse de « NAK » est cinglante : « J’ai été très déçu, je le lui ai dit en face. Ces déclarations sont inacceptables. C’est un manque de respect total envers le club formateur qui a tant fait pour lui. Il a 20 ans, il joue régulièrement dans une grande équipe. Je n’accepterai jamais plus qu’il se considère plus important que le club. »

« Qu’il devienne capitaine du PSG un jour »

Bref, depuis quelques semaines, Adrien Rabiot doit raser les murs au Camp des Loges. Mais ce n’est pas pour ça qu’il va quitter le PSG, loin de là. « Il fait partie de la famille PSG et il doit la respecter, poursuit Nasser Al-Khelaïfi. Il a compris le message. Il sera là à 100 % en janvier. C’est un grand talent. Mon rêve serait qu’il devienne capitaine du PSG un jour. »

>> A lire aussi : Le public du Parc des Princes est-il blasé ?

Pour y arriver, il va encore jouer quelques matchs devant le Parc des Princes. Cette transition digne des JT des années 1990 nous amène tout droit vers la deuxième cible du président parisien, le public du Parc.

Et là aussi, Nasser Al-Khelaïfi y va fort, notamment pour critiquer le chambrage contre le gardien Kevin Trapp face à Lyon, dimanche dernier. « Je n’accepterai jamais que notre public se montre hostile envers l’un de nos joueurs (…). J’aimerais que le public soit tout le temps derrière nous, de la première à la dernière minute. On a besoin des fans, de l’ambiance du stade pour transcender l’équipe. C’est mon message, soyez toujours derrière les joueurs de la première à la dernière minute ! Parfois, je trouve que le public du Parc est un peu trop calme, et certains sifflets à la fin du match contre Saint-Etienne en Coupe de la Ligue, je ne les ai pas compris non plus. »