PSG: Les huit réflexions qui nous viennent après ce premier tour de Ligue des champions

FOOTBALL C'était pas si mal, ces six premiers matchs de Ligue des champions du PSG...

Nicolas Camus

— 

Zlatan Ibrahimovic lors du match PSG-Shakhtar (2-0), le 8 décembre 2015 au Parc des Princes.
Zlatan Ibrahimovic lors du match PSG-Shakhtar (2-0), le 8 décembre 2015 au Parc des Princes. — Francois Mori/AP/SIPA

Les poules, c’est fait. Le PSG a achevé son premier tour de Ligue des champions sur une victoire tranquille, mardi, contre le Shakhtar (2-0). Avant de penser aux huitièmes de finale, dont le tirage au sort aura lieu le 14 décembre, voici, pêle-mêle, quelques petites réflexions qui nous viennent à l’esprit à l’issue de ces six matchs. C’est peut-être (sûrement) pas toujours juste, mais c’est sincère.

Derrière, ça tient la baraque

Même si des matchs doivent encore se jouer mercredi soir, on peut déjà le dire : le PSG a la meilleure défense de cette Ligue des champions. Un petit but encaissé en six rencontres, et encore, sur une grosse boulette de Trapp à Madrid.

Alors c’est un but quand même, certes, surtout qu’il a coûté la défaite et la première place du groupe, mais le bon côté c’est que le PSG n’a rien laissé passer sur une « vraie » action. Quand on voit que le Real en a planté neuf à Malmö, on peut dire que c’est une performance. Même le grand Bayern, avec le meilleur-gardien-du-monde-de-tous-les-temps Manuel Neuer, en a pris trois, en attendant Zagreb ce soir. Ça ne suffira pas à s’inviter en demi-finales (par exemple), mais ça pourra y contribuer grandement.

Trapp, c’est oui…

… sauf que les boulettes, c’est fini mon Kevin. T’as utilisé ton quota pour la saison (cf ci-dessus). A part ça, le gardien allemand a montré qu’on pouvait compter sur lui. 18 arrêts dans cette première phase pour celui qui découvre la C1. « C’est nouveau pour moi. La Ligue des champions, c’est le niveau le plus haut, c’est sûr. J’apprends à tous les matchs, même ce soir [mardi] où je n’ai pas grand-chose à faire, je travaille ma concentration. Je suis satisfait, mais il faut toujours faire mieux », estime-t-il. En attendant, il est premier au ranking général des gardiens dans la compétition, selon le très sérieux site de statistiques Squawka.

Source : Squawka

Rabiot, c’est quand même pas mal

Quand il ne fâche pas tout rouge son entraîneur avec des déclarations moyennement inspirées, Adrien Rabiot est un sacré joueur. Ou en tout cas il en a le potentiel. A tout juste 20 ans, il est entré pour la première de la saison en Ligue des champions sur la pelouse du Real, dans un match d’une intensité folle, sans échauffement pour remplacer Verratti, blessé. Il y avait été énorme, et depuis il ne s’arrête plus. C’est lui qui a guidé le jeu parisien à Malmö - et marqué le premier but du match au passage – et si sa prestation contre le Shakhtar n’a pas été aussi éclatante, il a tout bien fait ce pour quoi il était là. S’il continue comme ça et qu’il se tait un peu, Rabiot aura largement sa place pour aider le milieu parisien à manger celui du Barça ou du Bayern au printemps.

Quand même, ce match à Bernabeu…

Ah, le foot… La seule défaite de la saison du PSG est aussi son match le plus abouti. A Madrid, malgré le 1-0 final, Paris a été grand, et à un poteau de Rabiot et une erreur de Trapp de ramener quelque chose. « C’est le match m’a donné le plus satisfaction, dit Lolo Blanc. Le fait qu’on ait été capable d’imposer notre jeu chez un grand d’Europe, cela a démontré qu’on peut rivaliser avec certains grands clubs, et il faudra le renouveler. » La causerie avant le quart de finale retour est déjà prête.

Pas si mal, les mecs du banc

Verratti et Pastore blessés un bon moment, Thiago « l’homme de verre » Motta à ménager, comme les vieilles jambes de Maxwell… Blanc fait beaucoup tourner son équipe cette saison. Sans que cela ne se ressente trop, même si les 45 premières minutes contre le Shakhtar ont presque failli nous faire zapper sur Louis la Brocante. « On peut faire plein de changement, le niveau et la philosophie ne changent pas. On joue bien au ballon et on est agressif quand on ne l’a pas », apprécie Blaise Matuidi, qui lui en revanche ne tourne jamais. Question de principe. « C’est notre force aujourd’hui, et ce qui fait la différence par rapport aux années précédentes », reprend le milieu des Bleus. « On a tous des qualités différentes, on n’amène pas les mêmes choses mais tout le monde est prêt à aller au combat », ajoute Stambouli. Qui commence à prendre ses marques avec ses coéquipiers.

Mais ça va peut-être manquer de jus devant

Autant derrière et au milieu, des solutions existent - Marquinhos, Kurzawa, Rabiot, Pastore - autant devant ça semble poussif. Lucas et Lavezzi, pour permettre aux autres de souffler un peu dans un match sans intérêt, ça passe. Mais quand il faudra faire la différence dans les vingt dernières minutes contre Manchester City pour enfin passer en demies, on attend de voir. Bon, avec Lucas, on ne sait jamais trop, sur un malentendu, mais pour Pocho c’est clairement l’année de trop au PSG. On espère vraiment que Di Maria ne va pas se péter.

Justement, avec Di Maria, c’est tellement mieux

C’est pour ça qu’il a été recruté. Aider Paris à gagner la Ligue des champions. On n’en est pas encore là, mais pour l’instant Ratatouille est quand même le meilleur buteur parisien dans la compétition avec trois pions. Sans compter ses courses folles (mais bon ça Lucas aussi peut le faire) et une patte gauche qui trouve très souvent sa cible sur les centres. On espère vraiment qu’il ne pas se péter. Ah on l’a déjà dit ?

On dirait que Zlatan a vraiment envie

Peut-être qu’il sent la fin approcher. Tout Zlatan qu’il est, Ibra est un homme avec un cœur qui bat. Sous ses airs distants, il sait qu’à 34 ans, il n’aura plus beaucoup d’occasions de la gagner enfin, cette Ligue des champions. Alors cette saison, il y met du sien. C’est pas toujours ça, mais surtout il aide les autres. Le Suédois est impliqué, et il a décidé de jouer tout le match contre le Shakhtar même si ça ne comptait pas, juste pour être là et planter. Et puis il a réalisé un rêve en revenant jouer à Malmö. Alors maintenant c’est bon, une victoire et il va pouvoir partir tranquillement à la retraite. Ou en MLS. Ouais bon c’est la même chose.