Ligue des champions: Comment occuper le PSG jusqu'à son huitième de finale?

FOOTBALL Les Parisiens sont déjà qualifiés et assurés de terminer deuxièmes...

R.B.

— 

Les joueurs du PSG fêtent le but de Lucas contre Malmö le 25 novembre 2015.
Les joueurs du PSG fêtent le but de Lucas contre Malmö le 25 novembre 2015. — Andreas Hillergren/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Malmö (Suède),

Ça, c’est fait. Même si c’était aussi prévisible que de recevoir une boîte de chocolats à Noël, le PSG s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en étrillant Malmö mercredi (0-5). C'est bien beau ça, mais comment on occupe ces jeunes gens, contraints de se contenter de la deuxième place de leur poule, qui comptent treize points d’avance sur leur premier rival en Ligue 1 ? Voici quelques idées pour tenir jusqu’en février.

Se lancer dans la course aux records

OK, le quatrième titre de champion de rang est presque assuré. Mais autant tout retourner sur son passage. Premier objectif, le record de points sur la phase aller, amené à cinquante unités par un grand OL en 2006-2007. Avec 38 points et cinq matchs à jouer d’ici la trêve, c’est encore jouable pour le PSG.

Et on a plein d’autres idées à soumettre à Laurent Blanc : devenir la première équipe à demeurer invaincue toute une saison, objectif déjà évoqué par Lucas, battre les records de points (89) et de victoires (27) détenus par… le PSG version 2013-2014. Allez, on ne se relâche pas.

Eviter le moindre remous

Pour ce PSG, les termes « crise » et « contre-performance » n’ont pas la même signification que pour l’ordinaire du championnat. Pour être clair, le club de la capitale se prendrait quelques vilaines critiques dans les dents s’il se faisait sortir bêtement d’une des deux Coupes nationales et s’il concédait des nuls par suffisance d’ici son huitième de finale de C1.

>> A lire aussi : On vous raconte le glorieux retour en Suède de Zlatan Ibrahimovic

« On ne peut pas se reposer sur nos lauriers, met en garde Maxwell. On est une grande équipe et on continuera d’avoir la pression à chacune de nos rencontres car on est toujours obligés de gagner. » Vu leur marge sur la concurrence, ils peuvent quand même souffler un peu.

Garder le rythme pour la C1

Alors vous me direz, le PSG peut hériter du Zénith Saint-Petersbourg, qui va sortir en tête du groupe le plus faible de la compétition. D’accord, mais la deuxième place du groupe a théoriquement plus de chances de vous réserver un Bayern Munich ou un Barça à s’avaler dès les huitièmes. Et là, attention à ne pas se faire surprendre par le passage d’une Ligue 1, où Paris aurait ronronné, aux sommets de l’Europe.

>> A lire aussi : Vingt et un supporters parisiens interpellés en Suède

« Tout se joue en février, mars, avril, annonce Laurent Blanc. Pour l’heure on remplit notre mission mais tout le monde nous attendra au printemps. J’espère qu’on sera en forme, sans blessé ni suspendu. » Alors de grâce, on garde le rythme mais on ne joue pas les casse-cou.